Là où tout a commencé, là où tout finira.

Aller en bas

Là où tout a commencé, là où tout finira.

Message  Karasu le Lun 13 Sep - 2:35

J'avais beau m'y être préparé, je n'avais pas réussi à m'imaginer me retrouver dans cette situation lorsque j'étais partis de Terrae.

Je n'avais pas réussi à imaginer que les évènements prendraient un telle tournure.

Lorsque j'avais appris que le frère d'Heihachi, ayant appris la mort de ce dernier, avait tué Karin pour entamer sa vengeance, qu'il l'avait tuée à cause de moi, je n'avais pas hésité. J'étais retourné à Hakodate.

Cette fois, j'y étais allé seul. Je m'étais promis de ne plus jamais entraîner les autres dans mes problèmes.

Je m'étais attendu à ce que Hotaru, le frère d'Heihachi, soit organisé et soit au cœur d'un groupe qu'il aurait organisé. J'étais à la fois dans le vrai et dans le faux. Lorsque je suis arrivé dans sa résidence, j'y avais bel et bien trouvé des membres appartenant à un groupe.

Mais pas n'importe lequel. Je connaissais une grande partie de ses membres pour les avoir battu une fois chacun. Je les connaissais pour les avoir unis. Je les connaissais pour les avoir vu se retourner contre moi et obéir à quelqu'un qui m'avait trahis. Je les connaissais pour les avoir séparé.

Hotaru avait réussi à réunir de nouveau le clan Yakuza que j'avais fondé puis divisé. Chacun gardait la résidence d'Hotaru avec d'autres recrues.

Ils étaient nombreux, très nombreux. Mais je devais absolument me frayer un chemin pour atteindre Hotaru. J'avais beau être Master, seul contre un si grand nombre d'opposants, je n'étais pas certain de m'en sortir indemne, ni même vivant.

J'avais regardé une dernière fois Shibien, ma plus belle œuvre, ainsi que la ceinture d'Electra avec un sourire et avais reporté mon regard sur la demeure. Dans mes yeux s'était mise à briller une détermination dont je ne m'étais pas séparé et m'étais transformé en libellule pour m'envoler vers la résidence sans me faire repérer.

Cette dernière comptait trois étages et je n'avais aucune idée de l'endroit où se trouvait Hotaru. J'avais fini par le trouver au dernier étage, assis sur une chaise dans une pièce où se tenaient cinq Yakuzas.

Je m'y étais introduit et été redevenu humain.

-Tu voulais qu'on règle un différent. C'est le moment. Lui avais-je dit avant de tirer dans la tête de trois des cinq Yakuzas présents.

Je n'avais pas eu le temps d'en faire davantage. Les deux autres, bien que surpris par cette soudaine apparition, avaient réagi extrêmement vite et avaient commencé à me tirer dessus. J'avais juste eu le temps de me cacher derrière le bureau pour éviter les balles.

-Retrouve-moi à l'armurerie si tu survis jusque là. Avais-je entendu de la bouche d'Hotaru en entendant une porte s'ouvrir puis se refermer.

J'avais retenu un juron en réalisant que je l'avais laissé s'échapper et c'est là que j'avais vu une sentinelle sur le toit de l'édifice en face qui me visait avec un fusil à lunette. J'avais bougé juste à temps pour éviter la balle qui m'était destinée et qui avait percé le bureau métallique.

J'avais alors changé mes yeux en ceux d'un aigle pour le voir de plus près et lui avais tiré une balle dans le front. Je m'étais ensuite redressé et avais changé l'eau du corps des deux Yakuzas présents dans la pièce en milliers de billes de glace qui étaient sorties de toutes parts de leurs corps, les tuant sur place.

Mon ouïe développée grâce à mes nombreuses transformations m'avait indiqué que plusieurs Yakuzas m'attendaient dans le couloir où menait la porte qu'avait emprunté Hotaru.

J'avais ouvert cette porte et tué le Yakuza le plus proche ainsi qu'un deuxième non loin. Je m'étais ensuite élancé au pas de course dans le couloir. Un nouveau Yakuza était apparu. Je lui avait lancé un poignard entre les yeux, le tuant sur place. Avant que son corps ne tombe au sol, j'avais atteint sa hauteur et avait retiré le poignard de son front sans arrêter ma course.

Pendant ma course pour retrouver Hotaru, j'étais tombé sur des Yakuzas qui m'avaient lancé divers défis.

L'un d'entre eux m'avait interpellé, réclamant un duel au katana. Je n'avais pas pu refuser et un duel s'était engagé. Pendant ce combat où j'avais nettement l'avantage sur mon adversaire, un autre Yakuza avait tenté de me tirer dans le dos. J'avais alors sorti l'un des revolvers d'Electra de son étui et l'avais tué sans me retourner.

Mon adversaire avec un katana à la main m'avais regardé, effaré. Avant-même qu'il ne me pose la question, je m'étais retourné et avais relevé mes cheveux qui recouvraient une partie de ma nuque, cachant un troisième œil. Cette fois, je ne lui avais pas laissé le temps de réagir et m'étais retourné vers lui et lui avais coupé la tête dans le même mouvement.

-Te parler des transformations partielles était inutile. Lui avais-je dit avant de poursuivre ma course.

De nombreux autres Yakuzas tombèrent sous mes balles, mon katana quand j'en avais la possibilité et par ma maîtrise de l'eau. Je ne sais pas combien j'en avais tué.

Mais malgré tout ça, je me sentais commencer à fatiguer autant à cause de l'effort physique, que ma concentration sur ce qui m'entourait, que ma maîtrise de l'eau et que mon troisième œil dont l'effet de son apparition me faisait souffrir et m'épuisait bien plus qu'une autre transformation.

C'est ainsi que je perdis l'un de mes yeux au visage lors d'un duel au poignard.

C'est ainsi qu'une lame se planta dans ma main gauche lors d'un nouveau duel au katana.

C'est ainsi que je perdis mes poignards et mes dagues en les lançant sur des Yakuzas qui parvinrent à les éviter et à me les prendre avant de partir je ne sais où, relayés par de nouveaux Yakuzas.

C'est ainsi que je vis avec horreur mon katana se briser en deux lors d'un affrontement où je perdis l'avantage à cause de mon troisième œil qui me faisait atrocement mal à la tête et qui m'empêchait de bien me concentrer. Mon adversaire avait abattu une énorme masse métallique, brisant ma lame noire.

C'est ainsi que je reçu une balle dans l'épaule gauche en ouvrant enfin la porte de l'armurerie.

Mon œil partiel disparut et je me posai contre le mur à côté de l'entrée de la salle, la respiration haletante et serrant les dents sous l'effet de la douleur. Je posai ma main sur mon œil mutilé. J'étais vraiment mal en point là.

J'avais eu le temps de voir approximativement le nombre de Yakuzas dans la salle avant de me dégager. Ils étaient une bonne quinzaine en plus d'Hotaru qui m'attendait, un M16 à la main. J'avais également repéré un pilier où je pouvais éventuellement me poser pour me mettre un court instant à l'abri des balles.

Je rangeai les revolvers d'Electra dans leur étui et ramassai ceux d'un Yakuza que j'avais tué un peu plus tôt.

-Je t'attends toujours! Me cria Hotaru travers la porte.

Je respirai un grand coup, fermai les yeux un instant. Je finis par les rouvrir et rouvris la porte d'un coup de pied et tirai sur quatre Yakuzas en me déplaçant rapidement vers le pilier. Une balle m'effleura la joue pendant mon déplacement.

J'entendis des bruits de pas précipités derrière la porte par où je venais d'entrer.

Je ne pourrai plus sortir.

Je me sentais de plus en plus faible, de plus en plus épuisé.

Puis, l'évidence me frappa. Je la connaissais depuis l'instant-même où j'avais décidé de pénétrer dans cette demeure mais cette fois, elle n'était plus hypothétique. Elle s'imposait à moi.

Je ne m'en sortirai pas.

Je n'avais pas réussi à m'imaginer me retrouver dans cette situation lorsque j'étais parti de Terrae.

Je n'avais pas réussi à imaginer que les évènements prendraient un telle tournure.

Je regardai la poignée de Shibien. C'est tout ce que j'avais réussi à sauver de ce dernier.

Je regardai la ceinture d'Electra contenant les dagues et les revolvers qu'elle m'avait légué. J'eus un sourire amusé et triste.

-Personne ne les volera.

Je plaçai la poignée de Shibien contre une dague et fis disparaître la ceinture là où personne ne pourra jamais la retrouver.

Cette dernière action me vida presque de mes dernières forces. Je crus d'ailleurs que j'allais m'évanouir sur le coup mais je me repris. Ma respiration devint plus irrégulière. L'œil que j'avais perdu me faisait souffrir. Ma main en sang me faisait également souffrir. Mon épaule où la balle s'était logée me faisait souffrir.

Mon œil saignait, ma main saignait, mon épaule saignait et mon cœur saignait.

Mes pensées commencèrent à aller vers ceux que j'avais laisser à Terrae. Je secouai la tête pour chasser ces pensées. J'étais parti seul et sans prévenir personne de mon plein gré. Ce n'était pas le moment d'avoir des regrets.

De toute façon, il était trop tard pour en avoir.

Je n'espérais qu'une chose : qu'ils me détestent suffisamment pour être parti sans les avoir prévenu. Ils m'oublieront ainsi plus rapidement.

C'est alors que je réalisai à quel point j'avais fait une grosse erreur en me plaçant derrière ce pilier. Il était devant une fenêtre en face de laquelle se tenait une nouvelle Sentinelle qui me visait.

Je ne fus pas assez rapide à bouger et me pris une balle dans le coude, m'arrachant un cri de douleur à peine audible tellement j'étais faible.

Je me retrouvai face à Hotaru et ses sbires, chacun ayant son arme braquée sur moi. J'avais le corps qui tremblait et que je sentais sur le point de céder, comme s'il voulait tomber au sol.

C'était terminé.

Un sourire paisible et calme se dessina sur mes lèvres

-C'est donc ainsi que je mourrai. Dis-je doucement en fermant les yeux.

Je les rouvris et tendis mon revolver vers Hotaru.

Je n'avais pas eu le temps de terminer mon geste. Je reçus une balle dans le bras, me faisant chanceler en arrière. Je ne lâchai pas mon revolver pour autant. Je reçus une nouvelle balle dans le poumon droit.

Je me mis à tousser et crachai du sang par terre. Je n'arrivais plus à respirer. Je n'arrivais plus à faire entrer l'air dans mes poumons. Mon corps fut parcourut de spasmes incontrôlés, me faisant souffrir davantage. Mon dernier œil de valide commençait à ne plus distinguer les formes devant moi.

Je relevai la tête vers Hotaru. Il s'était approché de moi et avait pris le revolver d'un de ses sbires. Il colla le canon entre mes yeux avec un sourire triomphant.

C'est alors que j'eus une sorte de vision. On dit qu'avant de mourir, on voit sa vie défiler devant ses yeux. C'est la vérité. Pendant un court instant, je vis délier toute ma vie : les amis que j'avais laissé à Terrae.

Stella qui est devenue une véritable Étoile et qui a découvert qui elle était vraiment sans avoir eu besoin de passer au rang de Master.

Casadon qui a une véritable âme de guerrier et qui deviendra probablement un bon combattant, autant sur le plan de la maîtrise de son arme que de sa force.

Bito qui, malgré les bêtises qu'il peut dire et faire, est une personne sur qui on peut compter et qui est prêt à tout pour pouvoir aider les autres.

Lolie qui était une grande joueuse de guitare et qui doit probablement briller pour ses fans et ceux qu'elle aime.

Usagi qui est toujours inquiète pour ses amis, parfois trop même, et qui deviendra probablement l'une des meilleurs Télépathes qu'on ait connu.

Yin qui a eu une vie bien compliquée et qui continue encore de subir les conséquences de décisions prises par ses ancêtres. J'espère qu'elle finira par trouver le bonheur.

Norah qui peut sembler froide au premier abord mais qui est une fille à laquelle on ne peut que vouloir s'attacher et qui est l'une de ces personnes qui auraient toutes les raisons de se plaindre de son sort mais qui ne le fait jamais.

Léonie qui est une fille plus que dynamique mais toujours prête à s'amuser et à rendre service. Il faut croire que son électricité agit comme un aimant sur les gens qu'elle croise car on ne peut qu'avoir envie de devenir ami avec elle.

Alia que je n'ai vu que quatre fois (bien qu'elle ne m'ait vu que trois fois) et qui ne pense qu'au bonheur de son prochain.

Philos qui est toujours en train de s'inquiéter du bien-être des autres tout en souffrant en silence. J'espère qu'il sera heureux, il le mérite.

Zane qui est le meilleur Morphe jamais vu et qui est finalement devenu une sorte d'idéal pour moi et qui est prêt à tout pour que justice soit faite.

Storm qui a subi une période très difficile et qui mérite d'être heureuse. J'espère pour elle que Philos continuera de la rendre aussi heureuse qu'elle semble l'être.

Yureka qui est sans nul doute la personne la plus gentille que j'ai pu rencontrer. Elle ne pense qu'au bonheur des autres, y compris ceux qui la blessent, même si cela doit aller à l'encontre de son propre bonheur.

Mist qui est une fille indépendante, forte et drôle. Je sais qu'elle deviendra la meilleure des mères, elle a toutes les qualités requises pour le devenir. Elle ne peut que former une belle famille avec sa fille et Dark.

Dark qui est le meilleur ami que j'ai eu qui m'ait le mieux compris, bien que ses opinions ne soient pas toujours les mêmes que les miennes. Il est le meilleur voleur dont on entendra parler et sera également le meilleur des pères.

June que je considère comme ma petite sœur et qui, malgré ses airs de petite fille qu'on ne peut que vouloir défendre, peut se montrer bien plus terrifiante qu'un chien enragé. J'espère qu'elle sera heureuse avec Raven, bien que je ne connaisse pas ce dernier.

Himienaï qui, bien qu'elle soit ma cousine, restera toujours comme une petite sœur pour moi. Elle aussi a vécu des moments difficiles, en partie à cause de moi, et mérite amplement d'être heureuse. Elle est également devenue la meilleure manieuse de Katana que j'ai pu rencontrer à Terrae.

Kazuuya. On a beau ne pas être frères de sang, il restera à jamais mon seul et unique frère. Je n'aurais pas pu espérer avoir un meilleur frère que lui. Je ne lui serai jamais assez reconnaissant pour tous les services qu'il m'a rendu sans rien attendre en retour. Il a beau s'en ficher, il a beaucoup plus de mérite que la totalité des membres de Terrae peuvent le croire. Il mérite vraiment d'être heureux et j'espère qu'il le sera auprès d'Himienaï.

Maman. J'aurais tellement voulu apprendre à te connaître, maintenant que je t'avais enfin retrouvée, bien que par ce que j'avais connu de toi lorsque tu n'étais officiellement que la tante d'Itaku me montrait que tu es quelqu'un de formidable. Ces personnes sont trop rares, j'aurais tant voulu te connaître comme étant ton fils.

Et puis Yue. Je la voyais déjà, les yeux pleins de rage à cause de ce que je viens de faire mais ne parvenant pas à cacher sa douleur. La première connaissance que j'ai fait à Terrae. Cette fille qui, bien que têtue, est toujours prête à aider les autres. On a beau avoir eu de nombreux différents, je n'ai pas réussi à ne pas l'apprécier. Et cette affection a fini par se transformer en amour. S'il y a bien une personne pour qui j'aimerais rester, c'est bien elle. C'est peut-être prétentieux de ma part, mais j'aurais voulu être celui qui aurait eu la chance de la rendre heureuse. Malheureusement, je ne pourrai pas être cette personne.

Pardon Rika.

Pardon tout le monde.

J'espère que vous me détesterez assez pour vite m'oublier. Vous n'avez pas besoin de vous préoccuper d'un être aussi insignifiant et méprisable que moi. Vous méritez d'être heureux.

Yuki, Azuka, Tenshi. Je viens vous rejoindre. Peut-être que toi aussi je te verrai Electra, je ne sais pas exactement où tu te trouves en ce moment.

Pardon à tous. Et merci d'avoir été ma vie.


Je fermai mon unique œil de valide. Non, je n'avais aucun regret. Au contraire : j'aurais passé les derniers moments de mon existence à me battre pour mes convictions, pour ce qui me paraissait être juste, pour mes rêves. Je vais mourir en combattant et finirai probablement oublié de tous. Je partirai en étant libre.

Finalement, ce n'était pas si mal comme fin.

Je souris avant de rouvrir mon œil. J'utilisai les dernières forces qu'il me restait pour lever la main qui tenait mon revolver vers la tête d'Hotaru. Il fallait au moins que j'accomplisse ce que j'étais venu faire avant de mourir.

Un coup de feu retentit à travers la pièce ainsi que la demeure.


Personne ne bougea, comme si tout était figé.

Puis son corps bascula en arrière pour s'écraser sur le sol.

Je laissai retomber mon bras le long de mon corps et lâchai un long soupir à la fois satisfait et rassuré. J'ai bien cru qu'il allait réussir à me tuer ce con!

Je donnai un coup de pied dans son revolver qui fut éjecté un mètre plus loin.

Il a tué pratiquement une cinquantaine des gardes de la résidence à lui tout seul. Je veux bien admettre qu'ils lui sont tombés dessus trois pas trois mais quand même. Pas étonnant que mon frère se soit fait tuer par ce décher.

Je m'approchai du corps de cet enfoiré, de cet Akira. Une rage s'empara de moi et je lui envoyai un violent coup de pied à la figure.

-Pourquoi? Pourquoi est-ce qu'il a crevé avec le sourire? Pourquoi est-ce qu'il était si heureux alors qu'il allait crever?

Je serrai les poings et les dents et abattis mon pied sur sa tête sans vie mais QUI SOURIAIT! Je voulais voir ce sale sourire disparaître!

Je le hais. Je crois que je n'ai jamais détesté autant quelqu'un que ce décher, cette pourriture, ce chien!

Je l'attrapai par les cheveux, ouvris la fenêtre et le fis basculer jusque devant la porte d'entrée.

-Ne touchez pas à ça! Criai-je à ces imbéciles de gardes qui ne l'avaient même pas empêché d'entrer.

Je descendis le plus vite possible le dernier étage qu'il me restait à parcourir pour atteindre le rez-de-chaussée et sortis dehors. J'attrapai la cheville de cet objet désormais inutilisable et m'éloignai en tirant cette dernière, traînant ainsi sa tête contre le gravier.

Après une dizaine de minutes de marche. J'arrivai au bord d'une falaise qui offrait une vue magnifique sur l'océan. Les vagues venaient s'écraser contre les rochers qui se trouvaient au pied de la falaise.

Je baissai la tête vers cette pourriture qui n'attendait que de moisir. Je ne sais pas comment il fait pour m'inspirer autant de haine rien qu'à le regarder, même s'il est mort.

Je lui donnai un grand coup de pied dans le ventre, le faisant décoller de quelques centimètres du sol. Le pantin atterrit au rebord de la falaise.

-Il a toujours ce foutu sourire... Marmonnai-je, haineux.

Je lui donnai un nouveau coup de pied et il tomba du haut de la falaise. Je ne perdis rien de sa chute, savourant ce moment avec un sourire hautin, méprisant, sadique.

Je finis par me retourner et passai devant les trois gardes du corps qui m'avaient accompagné depuis la demeure.

-Appelez une équipe de plongée et dites qu'ils ont un paquet empalé sur les rochers à balancer à la mer avec des poids. Je ne veux plus jamais le voir émerger hors de cette eau.

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum