Carnet de Rinoa

Aller en bas

Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Sam 24 Oct - 17:33

Nom: Heartilly

Prénom: Rinoa

rang: Novice

Affinité: je ne sais pas...Terre j'espère.

Amis: akira, wyatt, yureka, kay....

Ennemis: je n'en ai pas encore, c'est un bon point non?


Dernière édition par Rinoa le Lun 26 Oct - 21:25, édité 3 fois
avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Sam 24 Oct - 17:36

Cher journal,

C'est la première fois que je fais ça...je veux dire un journal. Je n'ai jamais pensé utilisé ce moyen pour tenir compte de ma vie. Une vie...enfermée dans les pages d'un manuscrit moisi et miteux qui sentira le renfermé dans quelques années. Mais à qui d'autre le dire? Aux autres? Non...j'ai vécu trop de choses pour leur dire et en même temps si peu pour être intéressante. Mais à toi je le raconterait....et qui sait? Peut-être un jour quelqu'un tombera dessus? Peut-être qu'il diffusera mon Histoire et la rendra célèbre....oui tu seras le pilier de mon histoire, alors écoute bien petit journal car tu ne l'entendras sans doute qu'une seule fois....et vous qui regardais ceci en ce moment, sachez que vous êtes privilégiés car personne n'en saura plus que vous....

Reflet nocturne
Rayon de lune
Beauté


Dernière édition par Rinoa le Lun 26 Oct - 21:36, édité 2 fois
avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Lun 26 Oct - 21:24

Chapitre I

Le cri furieux du marchand raisonna dans la rue. Plusieurs personnes se retournèrent mais la plupart trop tard...j'avais déja filée. J'avais beau avoir 8 ans, j'avais déjà de bonnes jambes et je courais vite. Les pommes s'entrechoquaient entre elles à cause de la vitesse de ma course, mais si je ralentissait, c'est ce marchand verreux qui allait me faire la peau. J'accélèra. Les gens me huait sur leur passage et je tira même la langue à un garçon caché dans les jupons de sa mère...trop drôle! Je bifurqua soudainement vers ma gauche et tomba dans une impasse. A peine je m'étais retournée que le marchand me barrait déja la route. Il tenait un canif à la main et son sourire ainsi que ses yeux ne me laissaient pas beaucoup de marge pour deviner ce qu'il avait l'intention de faire. Il se rapprocha doucement et je recula un peu plus, jusqu'à toucher le mur...Là il me fit un sourire carnassier et fendit l'air de son canif: je n'étais déjà plus là. Je m'étais baissée et mordait sa jambe avec toute la violence et la rancoeur que j'avais. Il hurla, m'injuria, me frappa...je lâcha prise. Emportée dans mon élan je m'élança dans la rue bondée et sauta à l'arrière d'une charrette remplie de marchandises. je me cacha avec soin pour que les propriétaires ne me remarquent pas et observa le marchand lancer des malédictions et des injures à mon égard. je souris. Coincée entre les bananes et les melons, je m'allongea et m'assoupis un moment....


Poursuite effrennée
Vie en danger
Sauvetage
avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Lun 26 Oct - 22:01

Chapitre II
Un mouvement anormal de balancier me réveilla. J'ouvris lentement les yeux pour constater que la nuit était presque tombée....Bah pour le temps qu'elle durait au Ghana... je me releva lentement, avec difficultées, tout en restant cachée parmi les fruits. Je pris une pomme et mordis dedans à pleines dents. Le jus coula sur mes vêtements mais peu m'importait...

-hey petite...si tu mange seulement ça tu vas dépérir...tu as de la viande emballée dans le panier à côté de toi.

je me retourna rapidemment et sortit un couteau des plis de ma robe. L'homme qui venait de parler me regarder avec des yeux...étonnés. Oui étonnés. Il ne semblait pas inquiet pour le couteau à quelques centimètres de lui mais plutôt surpris que je réagisse aussi vivement.

-Tu ferais mieux de ranger ça petiote...je crois pas que tu en auras besoin.
-Qui êtes vous? Et pourquoi me proposez-vous à manger? Vous n'avez pas peur que je pille vos réserves?

il me regarda avec des yeux amusés cette fois-ci. Oui amusés. Il fit un geste de la main, comme si il chassait une mouche.

-Non je ne crois pas que tu pilleras mes réserves...alors autant te servir non?

je le regarda à mon tour avec des yeux étonnés, puis amusés. J'éclata de rire.

-Eh bien si tu n'as pas peur...

Je rangea mon couteau , fouilla le panier et trouva en effet des morceaux de viande séchée...pile comme je les aimes. Je ne me fit pas prier et avala tout ce pus tout en rongeant ma pomme. Lorsque je fus rassasiée, je me tourna vers l'homme à nouveau. Il me tendit une gourde.

-Bois!

C'était un ordre, notoire et irrésistible. je bu. Il esquissa un sourire et me reprit la gourde.

-Eh bien pitchoune...je crois que tu devrais m'expliquer pourquoi j'ai une passagère clandestine dans ma charrette? Ah moins que je ne doive deviner....

Ces paroles me firent comprendre qu'il savait exactement ce qui c'était passé. mais il voulait me l'entendre dire de ma propre bouche. Alors je parla. je lui raconta tout les détails, je n'homis rien...Il hocha la tête et tira le rideau de l'arrière de la charrette ( là où j'étais)

-Tu devrais dormir maintenant gamine...un vrai sommeil ne te fera pas de mal. Ne t'inquiète pas, je te réveillerais quand nous arriverons au prochain village.

Rassurée, mais toutefois alerte, je me rallongea dans une position plus confortable. je mis du temps à fermer les yeux, les reflets de la lune éclairaient mon visage de milliers de halos lumineux...je ferma les yeux avec cette pensée: la lune me protégeait.

Harmonie silencieuse
Grâce ténébreuse
Lune






avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Lun 26 Oct - 23:19

Chapitre III
Pitt! Il s'appelait Pitt! Et il n'était pas seul...en réalité il y avait cinq hommes en tout. Pitt et un autre gars du nom de Icham s'occupaient de conduire la charette. Deux autres hommes ( pas bavards et qui ne se mélaient pas tellement d'ailleurs) étaient chargés de la sécurité et de chasser les brigands. Et enfin la seule femme, je dis bien la seule, était chargée de surveiller les provisons, tenait les comptes, etc...Elle s'appelait Marie. Elle était d'une gentillesse extrême et me prit rapidemment sous son aile. Elle m'enseigna la couture, l'art du travail en m'apprenant que n'importe quelle tâche pouvait devenir plaisante quand on l'éxécutait avec l'esprit de liberté. Il y avait pour moi un sacré paradoxe entre la liberté et les tâches mais je ne disais rien. Ils avaient tou saccetés de me garder avec eux et ils veillaient à ce que j'accomplissent ma part de travail. Après quelques mois, ce genre de besogne ne me posa plus de problème.
Je m'étais habitué au train quotidien. Nous allions de village en village pour vendre nos produits, nous achetions des vivres pour le prochain voyage et nous repartions avant le fin de la journée. En attendant le départ, j'aimé vagabonder dans les rues des cités, parler aux gens, tyranniser les enfants plus jeunes....avant de revenir jusqu'à la charrette réprimander par icham. Cet Icham...j'avais rapidemmet sympathisé avec lui. Il était posé et calme, à contrario de Marie qui était hyperactive, et surtout, il était le premier à avoir donné son accord pour que je reste avec eux. Il aimé me raconter de vieilles histoires issues de son peuple ( je ne lui ai jamais demandé lequel d'ailleurs, je pensais qu'il radotait...). Pitt n'était pas en reste, bien que toujours agréable avec moi, il n'hésitais pas à me donner une bonne gifle lorsque je devenais insoutenable. j'ai ainsi vécu parmi eux pendant plusieurs mois, et ce rythme de vie me plaisait...mais tout avait une fin malheureusement. Un jour, on s'arrêta à l'entrée d'un désert. Un long désert de sable orange, où la chaleur était maîtresse par tout temps.

-pourquoi on s'arrête?

Pitt se tourna vers moi, pendant que icham et Marie discutaient avec les gardes.

-Parce qu'il est temps pour toi de continuer seule....nous t'avons guider jusqu'à maintenant mais il est temps que tu poursuive ton but, que tu trace ta route, ta destinée.

je ne dis rien. Ils se tournèrent tous vers moi et me regardèrent avec compassion et encouragement. je m'adressa à Pitt, à demi en larmes.

-Vous ne voulez plus de moi?
-Non, tu sais très bien que ce n'est pas ça...et tu savais également que ce jour viendrai. Il est temps pour toi de continuer seule ton chemin.

je respira pour refouler les larmes qui me montait. Je retrouver mon instinct sauvage du moment où ils m'avaient trouvés.

-Eh bien...puisque je ne vous sert plus à rien, alors je vais partir...comme vous le souhaitez. Mais j'espère que vous mourrez de faim, que vous attraperez la peste et qu'un animal canibale vous dévore les entrailles à coups de dents!!!!

je sauta de la charette et couru dans le désert. Je ne me retourna pas. C'est ainsi que mon périple, mon véritable périple commenca....je ne savais pas encore ce que j'allais trouver mais une chose était certaine et devait m'arriver. Je devais à tout jamais regretter les paroles que j'avais dîtes alors que je revoyais mes amis pour la dernière fois.

Désert de sable chaud
Solitude sans mots
Regrets
avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Mar 27 Oct - 13:26

Chapitre IV
La chaleur était étouffante...je n'avais prit ni eau, ni vivre....quelle idiote! Je marchais car je devais marcher, car je devais avancer, ne pas m'arrêter, ne pas penser.

Mes pas me conduisirent à une oasis. Je bus de tout mon saoul jusqu'à éclater, je me rassasia un peu grâce ax végétaux et graines comestibles des environs...Je repartis. Le voyage était long, trop long...la chaleur commencait à me tuer. J'étais seule...vais-je mourir ainsi? Dans ce foutu désert à la gomme? Non, je ne mourrai que lorsque je l'aurai décidée!

J'entends des pas. Dans le sable? Impossible, je dois rêver...pourtant je les entends encore. Je me tourne avec brusquerie. Huit Hommes et huit chameaux. Seize en tout donc...ils marchent vers le Sud. Désespérée, je m'approche d'eux et je les interpellent.

-Vous allez vers le Sud?

Mains levées vers le ciel. Elles semblaient dire: "tu le vois bien. "
Première leçon: à quelqu'un qui marche vers le sud, il est stupide de lui demander si il va vers le sud.

-je suis toute seule...et je suis perdue. Je peux venir avec vous?

balancement de tête: "si tu veux venir, tu viens." je souris et m'approcha d'un chameau. L'homme dessus me hissa et nous repartîmes en direction du sud.

C'est le second jour que je voyage avec mes nouveaux compagnons....mais ils ne sont vraiment pas très bavards. leur silence me rend dingue, moi j'aime bien parler, rire, discuter, échanger...et eux ben rien. Ils restent muets jusqu'au soir et encore le soir ils n'ouvrent même pas la bouche non plus. Je crois que je vais finir par devenir folle. Le jour qui suivit, je me laissa volontairement distancer et j'en profita pour crier haut et fort tout ce que je pouvais. je chanta n'importe quoi, brailla toutes mes tables de multiplications...Lorsque je me sentis calmer je les rejoignis. J'en profita donc pour engager une nouvelle conversation.

-Que transportez-vous dans vos sacs?

Chaques chameaux portaient en effet chacun deux sacs de toiles de couleur grises.

-Du sel.

Je resta bouche bée puis soupira. Au moins ils ne sont pas muets.

-Du sel?

Balancement de tête et mains levées vers le ciel : " c'est dommage...tu posait enfin une vraie question et tu la gâches en la reposant une seconde fois".
Fermer mon clapet jusqu'au soir.

Ombre préservatrice
Mots indéfinis
Silence





avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Mar 27 Oct - 14:19

Chapitre V
C'est étrange mais je commence à m'habituer à leur silence. Puis on se rend compte dans ce genre de situation qu'il n'y a pas tant de choses à dire que ça...et puis une idée toute simple et pourtant évidente m'ai venue: parler use la salive et dans le désert, la salive est précieuse. Tout est précieux.

Après le repas du soir, pour me distraire, j'ai dessiné le visage de mes Silencieux. Oh ils se ressemblent tous mais certains ont des signes reconnaissables entre mille. je dessina l'un d'eux qui avait une verrue sur le nez. Je lui montra le dessin: aucune réaction. les autres vinrent à leur tour voir et, à ma grande surprise, se mirent à rire. Ils rièrent si fort qu'on aurait cru un troupeau d'éléphants. Pendant la nuit, l'un d'eux pouffa ( surement en y repensant d'ailleurs....).

je commenca à comprendre leur language de signes, qui est finalement pas si idiot et bien pratique.
Main portée rapidement à la poitrine: "bonjour, bonsoir"
Main tendue devant soi: "Donne" ( si les doigts s'agitent, donne vite!)
Main levée comme un mur: "arrête" (souvent pour dire, on campera là ce soir...)
Geste de berceau avec une main: " c'est bon" ( souvent pour commenter la nourriture...)
Main devant le visage avec un mouvement rapide d'éventail: " ça va pas du tout!"
Il y en tellement d'autres encore, mais ceux-là sont les plus utilisés.

Ce soir, je dors dans un lit! Nous sommes arrivés dans une ville qui terminait le désert et ils m'ont donné de l'argent pour pouvoir me substenter quelques temps. J'ai compris que nos routes divergeaient car leur travail était prioritaire. Je les serra très fort contre moi et partit. Puis en chemin, je repartit rapidemment en arrière et les appela:

-je m'appelle Rinoa!

C'était bien la première fois que j'offrait mon nom comme cadeau...je me suis ensuite dirigée vers l'auberge et j'étais vraiment contente de pouvoir enfin me détendre comme il se doit. Malheureusement, le lit était trop mou et je me suis réveillée toute courbaturée....
je suis partie faire des achats en ville ( de façon à cette fois-ci pouvoir me nourrir...) et put ainsi dresser mon nouvel itinairaire: suivre la route principale jusqu'à cette drôle de verdure au loin. Le sourire aux lèvres, je m'élança.

Vent de plaisir qui souffle au loin
Pas résonnant sur le chemin
Aventure



avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Mar 27 Oct - 17:47

Chapitre VI
La jungle! C'était la jungle ghanaenne. beaucoup de gens en avait peur car certaines tribus peuplées cette jungle et, d'après ce qu'on racontait, des choses atroces arrivait à ceux qui s'y aventuraient sans précaution. Eh bien ce n'est pas pour vexer ces personnes ou faire ma maline mais je me demande si je me suis arrêtée trois secondes devant cette jungle. Ce que l'on ne croit pas ne peut pas nous effrayait! Et c'était exactement mon cas.
je m'aventura donc dans cette jungle comme je m'avancerai dans un bois pour cueillir des champignons. Et j'avais bien raison. Le chemin était clair, la lumière filtrait entre les arbres et la nature verdoyante était plus que magnifique. Un vol de perroquets m'accompagna, je sourit. Je prenais plaisir à savourer les milles et une sensations que me procurait ce voyage. La plupart des enfants de mon âge seraient rentrer en courant dans les jupons de leur mère, ou même n'y aurait pas songé du tout...mais moi, ce risque et cette découverte m'exitait au plus haut point!

je continua à avancer dans la jungle sans aucune rencontre vraiment fâcheuse, quelques serpents et araignées par-ci, par-là, mais il était bien connu qu'ils avaient plus peur de nous que nous d'eux. Je les laissa donc tranquilles et ils en firent de même pour moi.
Toutefois, je remarqua que la lumière baissait de plus en plus et que le froid commencait à percer mes habits. Oh je n'étais pas habillée très chaud mais tout de même. Enfin, à 8 ans et demi on a pas vraiment de tête. On avance et c'est tout. De plus, je n'étais pas particulièrement effrayée...alors j'avanca.

Au bout de quelques heures, la température avait vraiment baissée de plusieurs degrès, il faisait vraiment froid au point que je grelottait. Mais il n'y avait pas que la température, en effet, la jungle était plongée dans une obscurité quasi-totale. J'entendais de droles de bruits, mais j'essayais de ne pas y faire attention. J'avancais toujours et encore. Soudain, je trébucha sur une racine et m'étala de tout mon long. je grogna légèrement puis me figea. Un bruit, infime, presque inaudible...que j'entendis toutefois. Des pas sur des feuilles, à la légereté on pourrait croire que c'était un félin ou un animal plutôt léger...je releva la tête. C'était un jaguar. Grand, puissant, les crocs découverts, il avait un air vraiment menacant et ne semblait pas apprécié que je sois sur son territoire. Ne pas bouger! Surtout ne pas bouger! Soutiens son regard et ne te laissa pas distraire. Tiens rappele-toi comment on fait une bonne purée de marrons! Bon déjà il faut des marrons bien sur...et si jamais il ne me laisse pas partir...il te faut aussi des ingrédients spéciaux et des ustensilles...je vais me faire dévorer à tout les coups...Non ne pense pas à ça, surveille plutôt ton plat ou il va brûler...Le jaguar bougea. Il bougea, lentement, il se détourna et s'éloigna progressivement. je soupira de soulagement mais avant que je ne puisse me reprendre, un souffle chaud se fit sentir. je me retourna très lentement, sans geste brusque...un second jaguar était derrière....surement un petit au vu de sa taille, l'autre devait être la mère. je retins mon souffle et fit un pas en arrière. Il montra les crocs, lorsqu'il miaula pour appeler sa mère, je cessa de réfléchir. je couru! A toute vitesse! C'était la course de ma vie, je ne devais pas m'arrêter, me surpasser, aller vite, toujours plus vite!!! je percuta de plein fouet quelque chose de dur. le choc fut violent, trop violent...je sombra dans l'inconscience.

Engageant et menaçant
Faisable et inextricable
Danger
avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Mar 27 Oct - 18:33

Chapitre VII


"Cette couverture me gratte"- Ce fut la première chose qui me vint à l'esprit lorsque je reprit conscience. Les rayons du soleil éclairaient mon visage endormi comme pour le pousser à se réveiller. J'entrouvis les yeux. La première chose que je vis ce fut un plafond en bois, avec des espèces de planches...je me releva avec lenteur. J'étais dans une cabane. Une cabane en bois tout ce qu'il y a de plus banale, et ce n'étais pas une couverture, enfin si mais elle était composée de feuilles et de fleurs...J'étais quelques peu déroutée.

-Vous...vous êtes réveillée...?

je me tourna vers la voix et remarqua un jeune garçon assis à côté de moi. Il avait la peau très foncée, comme ses cheveux et ses yeux et n'était vétu que d'un simple pagne en tissu avec des feuilles accrochées dessus. Il me regardait avec de grands yeux étonnés.

-Bonjour!

il s'enfuya en courant. Sympa, ça fait plaisir de constater que son charme est un peu erroné...Je me leva et fit le tour de la cabane ( ce qui fut rapidement fait). Des pas résonnèrent dehors ainsi que des éclats de voix.

-je vous jure! Je venait de me poser quand elle s'est réveillée!
-Allons du calme! je vais voir ce qu'il en est.

On entra dans la cabane. C'était un très vieil homme, vétu d'une tunique blanche faîte d'une drole de matière. Il me salua en s'inclinant et se présenta.

-Bonjour! je me nomme Lalik, je suis le doyen et l'ancien de ce village.
-Votre village?

Mon horizon étant limité à la cabane, je ne me rendis pas immédiatement compte de mon environnement extérieur. Ma question fut donc assez directe et teintée de surprise.

-Mais...où suis-je alors ?De quel village parlez-vous?

Il sembla rigolait comme à une bonne plaisanterie, puis il se reprit et s'incina de nouveau devant moi.

-Oh pardonnait moi! Tout cela doit être bien confus pour vous...mais je suggère que vous mangiez quelque chose, ainsi je pourrai vous expliquer pendant que vous vous rassasirez.

Pourquoi pas? Ca me fera économiser mes provisions et il y a des choses que je veux savoir. Il sortit et je lui emboita le pas. Je pus me rendre compte ainsi du village en lui-même. Il était petit mais accueillant, chaque cabane était ornée de végétation en tout genre et il m'expliqua que l'espèce de la plante déterminée l'habitat...Ces fleurs roses montraient l'infirmerie d'où je sortait, ces grandes linaes vertes indiquaient les logements, des fruits ornés en couronne symbolisaient la maison du doyen et ainsi de suite. Il m'enmena dans une cabane plus rustique décorée avec des fleurs jaunes très petites mais très nombreuses: la Cantine apparement. On me servit différents plats de graines et d'insectes ( auxquels je ne toucha pas) puis des choses plus consistantes: des fruits, quelques animaux bien cuits au feu de bois...pendant que je mangeais, le doyen m'expliqua mon arrivée.

-Deux de nos chasseurs vous ont trouvés inconscente dans la forêt, pas loin de notre village...n'étant que légèrement blessée, il vous ont ramené de façon à ce que vous puissiez vous rétablir dans de bonnes conditions. j'ai envoyé plusieurs enfants vous veiller jusqu'à ce que vous vous réveillez. C'est le jeune Tomek qui a eu le privilège d'assister à votre réveil.

je hocha la tête. Ca concordait avec mes souvenirs: la poursuite, la course et le choc ( sans doute un arbre...).

-Nous organisons une petite fête en l'honneur de votre réveil. Il est si rare que nous ayons de la distraction que n'importe quel prétexte est bon pour se divertir. Accepteriez-vous d'être la reine de la soirée en compagnie de Tomek?

je fus si surprise que je lâcha mon fruit. Puis, après réflexion, je me suis dit qu'il serait dommage et même cruel de priver ces gens d'une occasion de changer leur quotidien. Le coeur léger et fière de mon choix, j'accepta.

Fluidité et Harmonie
Ouverture et Amie
Danse


Dernière édition par Rinoa le Mar 27 Oct - 20:52, édité 1 fois
avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Mar 27 Oct - 20:52

Chapitre VIII
je commencai à me préparer. On m'avait donné une robe verte magnifique ainsi qu'une couronne de fleurs bleues appelées Voiles que je déposa sur ma tête. Je me regarda dans l'eau de la jarre à côté de moi: j'étais méconnaissable. Je tourna plusieurs fois sur moi-même et put ainsi admirer la légèreté de la robe avec beaucoup d'approbation. Le doyen Lalik se présenta dans la cabane et s'inclina de nouveau avec déférence.

-Voila une vision qui éclaire la nuit de milles feux damoiselle....

Il me fit un sourire chaleureux et je le remercia en rigolant d'un rire frais. Cette soirée serait l'occasion de me détendre, de faire le point....j'avais bien l'intention d'en profiter. Lalik me tendit son bras et je m'y accrocha gentiment. Il m'escorta dehors et m'enmenna près d'un immense feu de camp. Des gens dansaient, chantaient, jouaient de la musique et maintes et maintes choses encore. Le jeune Tomek était là lui aussi, je lui fis un superbe sourire qu'il me retourna.

-Tu ne t'enfuis pas cette fois-ci?

Il rougit violemment avant d'éclater de rire. Je l'accompagna dans son hilarité presque immédiatement.

-désolé pour cette fois-ci...mais j'ai été si surpris qu'il falait que je prévienne le chef^^

le chef? Oh le doyen...Il me tendit son bras, je passa le mien dessous et il m'entraina vers le coin des danseurs. Leurs danses étaient exotiques et complexe mais j'apprenais vite, je fus donc capable d'éxécuter correctement une de leur danse tribale en moins d'une heure. Un cercle s'était formé autour de moi et Tomek, nous dansions. Deux heures plus tard nous dansions toujours...je en voyais pas le temps passer et la soirée était encore longue. Nous nous arretâmes et nous allâmes nous installer près des musiciens. Leur musique était un pur délice, je ne me lassais pas de les écouter. Une musique apaisante et à la fois entrainante, le genre de musique auxquelles je suis sensible.
Une femme vint vers moi et me prit la main. Elle me leva et m'installa en face de tout le village réunit. Mon coeur battait la chamade, qu'allait-il se passait? Lalik me faisait signe de loin, en regardant attentivement je compris...ils voulaient que je chante! Que je chante moi! Je pris un air géné et me tordis les doigts nerveusement, le monde me mettait mal à l'aise alors chanter...Je sentis une main se glissait dans la mienne. Je tourna la tête: Tomek. Il me lanca un regard plein d'encouragements et je souris. je ferma les yeux et sentis une chanson venir d'elle même, seule. Je me concentra, ouvris la bouche et chanta.

https://www.youtube.com/watch?v=N8uXWMNriio&feature=related

la chanson dura longtemps. Enfin je me tut. Plusieurs personnes me regardaient, d'autres avaient les larmes aux yeux, d'autres pleuraient...mais toutes se mirent à applaudir. Je souris .


Echo d'un chant passé
Paix intérieur rerouvée
Sérénité


avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Rinoa le Ven 30 Oct - 18:24

Chapitre IX
1 an était passé depuis la soirée donnée en l'honneur de mon arrivée. J'étais restée au village pendant tout ce temps car je n'avasi aucune envie de m'en aller...je m'y sentais chez moi, comme dans un cocon. La famille de Tomek s'occupait de moi et ce dernier m'avait avoué être tombé sous mon charme. Tomek...je lui ai bien dit que je le considérais comme un frère mais rien à faire, il s'était accroché, persuadé que je changerai d'avis. J'avais souris. J'avais prit gout au mode de vie de cette tribu qui vivait au gré des saisons, ce contentant d'un mode de vie simple et sans complexe ni complexité. Mais je n'étais pas destinée à rester avec eux éternellement...

-Rilü! Descends de ton arbre, l'ancien veut te voir!

Rilü...la tribu m'avait rebaptisée ainsi...et ce nom ne me déplaisait pas alors je l'avais acceptée. je pencha la tête pour voir Ma Tomek ( la mère de Tomek, c'est ainsi qu'on appelait la mère de quelqu'un) qui criait fort en faisant de grands gestes. je me laissa glisser le long de l'arbre et attérit en face d'elle.

-Que veut-il?
-Je ne sais pas petite...mais tu devrais te dépêcher d'y aller sinon tu sais qu'il sera très fâché!

je hocha la tête et couru jusqu'à la cabane du vieux chef. Il m'attendait, assis en tailleur sur sa natte tressée...

-Te voilà enfin!
-pardon vieux chef^^ j'étais occupée à admirer la forêt depuis l'arbre du village.

Il soupira. Depuis que j'étais ici, mon caractère fort et indépendant lui avait vite fait comprendre qu'il ne parviendrai pas à freiner ma fougue.

-Attention jeune fille! Cet arbré est sacré pour nous...et un jour tu sauras pourquoi.

Je soupira d'ennui. Les sermons du vieux chef avait le don de me faire dormir plus rapidement que le chant des oiseaux.

-pourquoi tu voulais me voir?

Il me regarda avec tendresse un moment, sans que je sache pourquoi. Son regard me pertuba pendant un instant mais il reprit vite son air sérieux et sévère.

-J'imagine que tu sais qu'l y a des grottes pas loin dans la forêt?
-Oui! Avec Tomek, on est allé tuer des chauve-souris des tonnes de fois là-bas!

il soupira à son tour.

-Eh bien...sâche qu'au fond de la grotte, tout fond de la grotte ce cache un trésor...le trésor de notre village! Chaque année, un membre de la tribu va jusqu'a cette grotte afin de le ramener a village et ainsi accomplir le rituel de sacraliation.
-le quoi...?
-C'est une coutume de notre tribu. A cette période de l'année, nous effectuons ce que l'on appele un rituel de sacralisation. c'est un rituel en l'honneur de la nature et de la forêt, pour les remercier de ce qu'elles font pour nous et donc ce que nous faisons pour elle. Il est dit que ce rituel permet à la forêt de prospérer...

je hocha la tête pour montrer que j'avais compris.

-Et...vous voulez que j'aille chercher le trésor c'est ça?

Il me regarda avec tristesse puis, lentement, il approuva.

-Oui...
-Alors ça marche^^, dis-je en me levant prête à partir
-Attend! Tu ne peux pas partir comme ça, tu auras besoin de ceci!

Il se leva à son tour, et se dirigea vers un coffre de line ficelée et l'ouvrit. Il en srtit une fiole au contenue rouge sanguin et un trousseau de trois clé: une en bronze, une autre en argent et enfin une dernière en or ( ou doré...)

-Tu auras besoin de ça...la fiole t'ouvrira la voie sur une pente difficile et les clés...ouvriront l'accès au trésor.

je pris chacun des objets qu'il me tendait et le remercia. Il me regarda encore avec ces yeux de chats pottés puis me serra contre lui...fort. Emue et surprise à la fois, je le serra à mon tour et me recula.

-Arrêtez, ce n'est pas comme si je n'allais jamais revenir^^

je sortit de la cabane en courant. je dissimula les objets dans ma tenue blanche( la même que le vieux chef!) et me dirigea vers les grottes. Une impression reffusait de me quitter, une impression bizarre, inquiétante même...l'impression t'entamer une période noire de mon existence.


Forêt aux éclats sombres
Tendant ses bras d'ombres
Mystère






avatar
Rinoa
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 266
Age : 25
Localisation : devant toi! ah non...maintenant je suis derrière!
Date d'inscription : 23/10/2009

Feuille d'inscription
Âge: 16 ans
Affinité: un arbre vient de pousser...oh c'est moi? 0.0
Rang: Aspirante

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Rinoa

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum