Carnet de Karasu

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Sam 1 Aoû - 0:02

Terrae, le 31 juillet

J'ai emmené Aoi à l'infirmerie pour qu'elle puisse parler à Satchiko.


Electra a commencé mon entraînement au pistolet. Elle a commencé par me faire faire cent pompes (un moment donné j'ai du en faire avec Electra sur le dos!).


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:53, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Dim 2 Aoû - 3:35

Terrae, le 1er aout

En m'entraînant à faire des sculptures de glace animées, j'ai croisé Casadon dans la cour.


Avec Electra, on a poursuivit mon entraînement au pistolet puis, on a fait une pause. Moi qui pensais ne pas pouvoir détester Philos davantage... Je me suis trompé : il m'énervait énormément pour avoir parlé à la légère de Eletra et Zane mais savoir qu'il empêche Electra de pouvoir sortir de l'institut pour des raisons personnelles qui l'arrangent lui... Ça me donne envie de l'attaquer de nouveau...


En sortant de ma chambre, j'ai croisé Rika qui a fait une sorte de malaise (elle s'est encore entraînée sans permission) et est tombée dans la chambre de Sadek. Elle n'avait pas eu de nouvelles de lui depuis leur combat... On a compris pourquoi : il est parti pour essayer de trouver les ennemis de l'institut.


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:54, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Lun 3 Aoû - 1:10

Terrae, le 2 aout

J'ai beau le savoir, repenser au sort de Electra me rend toujours aussi triste (surtout lorsqu'elle dit qu'elle n'es plus rien alors qu'elle est le meilleur maître que l'on puisse avoir). Elle m'a donné l'astuce pour contre la pression de Etsuko (elle est géniale, c'est ce que je disais) puis on a continué mon entraînement au pistolet. Grâce à elle, j'arrive enfin à atteindre des cibles éloignées (il faudra que je m'entraîne sur des cibles plus petites pour pouvoir atteindre des pièces de deux euros qui seront loin comme l'a dit Electra).


C'est finalement Electra qui a indiqué à Sadek où étaient situés les ennemis de l'institut. Je ne me fais pas de soucis pour lui.


Par contre Electra, c'est une autre histoire. On l'a retrouvée dans un sale état dans sa chambre (qui est un vrai paradis si on enlève le sang sur le tapis)...


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:55, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mar 4 Aoû - 19:30

Terrae, le 3 aout

Je n'aime vraiment pas voir Electra dans cet état (le pire c'est que ça ne va pas aller en s'arrangeant).


Je suis allé à l'enterrement de Minoru où j'y ai vu Aoi et Etsuko.


En m'entraînant aux tirs dans la cour, j'ai rencontré Cherry, la cousine de Kasumi et du coup de Philos. Elle est super sympa aussi.


Pendant un entraînement au pistolet, Kazuuya est arrivé et on s'est un peu amusé avec nos revolvers.


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:55, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mer 5 Aoû - 0:32

Terrae, le 4 aout

Casadon a fait des progrès.


En parlant avec Kazuuya, j'ai repensé à... Il n'y a rien à faire, j'ai les larmes aux yeux quand j'y pense.


On a fait un entraînement avec Etsuko et j'y ai encore pensé...


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:56, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Jeu 6 Aoû - 14:31

Terrae, le 5 aout

Itaku m'a suggérer de parler à Yuki de notre excursion à Hakodate mais je sais que je ne le ferai pas (je ne veux pas qu'elle vienne). Je m'en tiendrai à la lettre.


Après notre entraînement avec Etsuko, je me suis rendu idiot en pleurant presque.


En allant manger à la cafétéria, j'ai rencontré un nouvel élève : Aaron. Il est vraiment sympa!


En s'entraînant avec Kazuuya depuis la cour on a finit sur la plage où on a trouvé Etsuko et Rika. On s'est bien amusé.


Avec Kazuuya, on a parlé des préparatifs pour aller au Japon et un peu du passé.


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:56, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Ven 7 Aoû - 12:32

Terrae, le 6 aout

Dragor est venu m'apporter la sculpture que je lui avait demandé. Elle est vraiment belle.


Je suis allé rendre visite à Yin. Elle a parlé à Philos et Kiraï et elle hésite à se débarrasser de Yang.


A la plage, Rika nous a ramené à boire, des chamalow et des chips qu'on a entamé.


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:57, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Sam 8 Aoû - 10:18

Terrae, le 7 aout

J'ai failli avoir une nouvelle crise devant Usagi. J'ai réussi à m'en sortir sans trop l'inquiéter et sans qu'elle ne pose trop de questions.


Itaku est venue me voir pour dire qu'elle avait parlé à Philos. Je lui ai dit que Electra sera du voyage.


Pendant un temps de forte pluie, je suis allé m'entraîner sur la plage. Electra est arrivée. Elle a réussi à convaincre Philos! Je suis trop content qu'elle puisse venir!


Edwin a été initié. Il est maintenant Ange Guérisseur. On a un peu parlé de la mort de Minoru mais il a l'air de s'en remettre et apparemment Aoi aussi. Il a une meilleure maîtrise du vent que des soins pour le moment (tout le contraire de moi au début).


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:58, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Sam 8 Aoû - 10:24

Terrae, le 8 aout

Carlibran reste de plus en plus avec moi en ce moment. Je crois qu'il a compris que je ais partir.


On va sûrement devoir faire une sorte de réunion avec Electra, Itaku et Kazuuya pour l'excursion à Hakodate. Itaku n'a pas trop l'air contre. Je suis vraiment content que Electra vienne avec nous! J'espère juste qu'elle plaisante quand elle parle de me surveiller sur ce que je mange...


Pendant que je forgeais une nouvelle lame noire, Aaron est venu à la forge. Il m'a demandé de lui forger une nouvelle épée.


J'ai repris l'entraînement au sabre plus sérieusement. Kay est alors arrivée. Elle est devenue Démon Téléporteur! Mais comme tous les nouveaux initiés, elle a du mal avec son pouvoir pour le moment.


En allant à la forge pour continuer quelques lames, je suis tombé sur Usagi.


Dernière édition par Akira le Mer 9 Sep - 14:59, édité 1 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Ven 4 Sep - 1:12

Terrae, le 3 septembre


Je suis finalement retourné dans ma chambre pour pouvoir prendre mon carnet. Même après tout ce temps, l'odeur de son parfum y règne encore.


J'ai beau essayé d'avoir fait mon deuil pendant ce mois (je pense même que ça a duré plus longtemps) sur l'île, je n'arrive toujours pas à me faire à l'idée qu'elle ne sera plus jamais là...


J'ai essayé de me faire détester de tout le monde, étant persuadé que toutes les personnes à qui je m'attachais finissent par mourir. Mais ni eux, ni moi n'y sommes arrivés. J'étais persuadé qu'en les faisant souffrir, je ne m'attirerais que leur mépris et que ce mépris m'aiderait à garder mes distances vis-à-vis d'eux. Mais je n'ai réussi qu'à les faire souffrir et à ce qu'ils souhaitent que je revienne.


Je ne mérite vraiment pas des amis comme ça.


Dire que tout ça est arrivé à cause de cette histoire dont je ne voulait que personne ne soit au courant. Résultat : Yuki en est morte.


Je crois que je ne me suis jamais autant hais de toute mon existence. Si j'avais pu me tuer, je l'aurai fait. Mais si j'avais fait ça, non seulement je n'aurais pas pu me venger mais en plus, d'autres personnes auraient encore plus souffert.


Mais dans mon malheur (qui n'a dû être rien comparé à celui de Yuki quand elle a cru ces absurdités en lisant mon début de lettre pour elle), j'ai tout de même trouvé une nouvelle raison de pouvoir croire que je peux être heureux en plus de pouvoir avoir des amis formidables.


C'est arrivé sans que je ne vois le coup venir. J'en ai été le premier surpris lorsque je m'en suis rendu compte tant cela me paraissait improbable. Sans que je ne sache vraiment comment, je me suis surpris tomber amoureux de Electra.


Je ne l'ai réalisé que lorsque je me suis surpris à être jaloux lorsque je l'ai vue avec Light. C'était la première fois que je me découvrais un tempérament jaloux.


Comme j'étais toujours dans ma phase où je ne souhaitais voir personne, j'ai cherché à l'éviter encore plus que les autres. J'ai dû réussir environ deux semaines avant qu'elle ne finisse par me retrouver (elle y arrive toujours).


Non seulement j'étais en colère mais en plus je me sentais parfaitement ridicule et gêné. Après tout, elle était mon maître et elle faisait ce qu'elle voulait de sa vie. Mais ma jalousie découverte m'empêchait de résonner comme il le fallait.


Si j'avais su comment ça allait finir...


J'ai perdu un maître mais j'ai retrouvé une raison de vivre et de sourire que je croyais avoir perdue.


En plus de ça, Itaku et Etsuko m'ont aussitôt pardonné alors que je ne croyais même plus pouvoir recevoir leur pardon.


J'ai eu l'impression de mourir en même temps que Yuki mais les personnes auxquelles je tiens m'ont ramené parmi elles.


Je suis finalement allé voir Philos pour me faire enlever mes cicatrices, finalement convaincu par Electra. Étais-je déjà amoureux d'elle à ce moment là? Je l'ignore. Ce que je sais, c'est que la portée des propos qu'elle avait tenu m'avait touché.


Bon en tout cas, j'ai intérêt à longer les murs si je recroise notre cher directeur. J'ai beau le détester (presque autant que je hais Heihachi), il n'en demeure pas moins que s'il voulait m'écraser, il le ferait sans que je ne puisse lui poser le moindre soucis.


Itaku semble avoir du mal à accepter ce que je ressens pour Electra. Mais après tout, elle n'est ni Télépathe, ni moi. J'espère juste qu'elle n'éprouvera pas trop de rancune envers Electra.


Elle a beau être difficile, voir impossible à trouver (ce qui fait tout son charme (et puis, c'est en général elle qui nous trouve et pas l'inverse)), quand je la vois, je me sens vraiment bien, vraiment libre!


Et puis, plus ça va, plus elle arrive à me faire perdre mes moyens tellement elle m'envoute par sa démarche et sa silhouette si féline, l'odeur de son parfum, le son de sa voix, son souffle sur ma peau... J'ai l'impression d'être transporté dans un autre monde à chaque fois.


Pour le moment, un seul soucis se pose à moi : le manque de mes comprimés que je ne peux plus prendre depuis que je suis guéri. J'ai sans cesse cette sensation de manque. Kazuuya et Itaku disent que je suis en train de me droguer mais je sais que c'est faux, je connais les effets de la drogue pour en avoir déjà souvent pris et je suis certain que ce n'est pas ça... Il faut que je trouve un moyen de m'en procurer...


Mais à par ça, je savoure de nouveau à la joie de vivre.


Je vais enfin repasser du temps dans cette chambre qui m'a fait faire tant de cauchemars ces derniers temps et retenter de mener une vie "normale" ici (car nous somme à Terrae et le terme "normal" n'est pas le mieux approprié) en repassant du bon tant avec mes amis, m'entraîner et savourer les moments passés avec Electra...


Jusqu'à ce qu'on parte pour Hakodate. Après ce voyage, si nous revenons vivants, rien ne sera plus comme avant pour moi.












_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Dim 6 Sep - 3:15

Terrae, le 6 septembre


J'ai enfin décidé d'une nouvelle date pour notre départ pour Hakodate.


J'espère de tout cœur que rien ne fera repousser cette date. Ce n'est pas le fait que la date soir repoussée qui m'inquiète. C'est la gravité de l'évènement qui le ferait.


Ces derniers temps, je ne cesse de repenser à ce qui s'est passé à cette époque. Je fais de plus en plus de cauchemars qui sont souvent des souvenirs de cette époque. Comme s'ils voulaient me rappeler la raison de mon départ là-bas, pour que je ne perde pas ma motivation première.


J'ai beau avoir étudié la question. Notre organisation sur ce qu'on va faire à beau être la plus parfaite possible en vue de notre position. On a beau avoir des chances de tous revenir en un seul morceau, j'ai quand même ce pressentiment qui me met en garde, qui me dit de faire attention, parfois même d'abandonner cette entreprise.


Mais je ne peux pas et ne veux pas abandonner. La seule chose qui me force à ne pas foncer tête baisser c'est le fait que Electra, Itaku et Kazuuya m'accompagnent et qu'ils risquent par la même occasion leur vie uniquement pour préserver la mienne.


Rien que pour ça, j'ai peur. Peur de les perdre. J'ai perdu assez d'êtres chers comme ça. Je n'ai pas envie que ça continue.


Avant, j'étais persuadé de ne pas rentrer. Maintenant je souhaite plus que tout revenir avec ceux que j'aime.


Dernière édition par Akira le Lun 14 Sep - 0:16, édité 2 fois

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mer 9 Sep - 16:50

Terrae, le 9 septembre


Ça y est, le grand jour est arrivé. Nous partons pour Hakodate.


J'ai décidé de prendre avec moi mon carnet, comme ça, s'il m'arrive malheur, l'une des personnes qui m'accompagnera pourra toujours avoir une preuve de ce qui s'est passé avant que je n'abandonne une fois de plus les personnes qui me sont chères.


J'ai dit au revoir à Etsuko, Rika et surtout... Yuki...


Les adieux avec Etsuko et Rika m'ont tellement fait mal au coeur que j'avais décidé de partir sans attendre les autres mais... Ils étaient déjà là.


Ils avaient deviné que je tenterai un coup comme ça.


On s'est mis d'accord quant à la distribution des armes jusqu'à Hakodate.


Itaku n'aime vraiment pas Electra. Ça me rend vraiment triste.


Mais pour le moment et pendant un bon moment, la priorité sera de réussir à revenir sains et saufs donc j'espère qu'il n'y aura pas de querelles.


Le bateau a fini par arriver.


Nous sommes monté ainsi que quelques autres personnes.


Je commence à mieux m'en sortir sur mon pouvoir pour changer et faire apparaître des vêtements (quand Electra est sortie de ma chambre l'autre jour, j'ai fait un deuxième essai pour avoir un tee-shirt noir à manches longues et j'ai obtenu un débardeur noir à ma taille et il y a quelques instants, j'ai réussi à faire apparaître des gants).


Je reviens d'un vol en pleine mer et d'ici une demie-heure, nous devrions atteinte Tokyo.


Malgré la tension que chacun doit s'efforcer de cacher, on a tout de même trouvé le moyen de rigoler un peu.


Les côtes du Japon nous apparaissent enfin!

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Jeu 10 Sep - 22:18

Tokyo, le 10 septembre


Nous sommes enfin arrivés à Tokyo.


Il est encore tôt mais quand nous avons mis pied à terre, il y avait déjà un monde terrible.


J'avais presque oublié qu'au Japon, les endroit fréquentés sans foule sont aussi nombreux que Terrae est connue.


On est à peine descendu que Kazuuya a repris sa chasse... Mais Electra lui a fait une jolie remarque et ça m'étonnerait qu'il recommence... dans les prochains heures en tout cas...


Je suis assis à la proue de la navette qui nous conduira à l'aéroport et je profite des derniers moments où l'on pourra profiter de la mer.


Pendant une partie du trajet, j'ai rencontré un garçon de mon âge environ. Il était tout de même sympa. Il a commencé le Kendo il y a quelques mois et il a l'air de bien aimé. Donc la conversation a principalement tournée autour de ça.


Nous apercevons enfin l'aéroport de Tokyo et Kazuuya a déjà disparu...


Electra l'a trouvé. Il a tout de même réussi à trouver une fille avec qui jouer (même si au bout du compte, c'est elle qui jouait avec lui).


Electra est partie garer sa moto dans le parking souterrain.



_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Sam 12 Sep - 23:48

Tokyo, aéroport, le 12 septembre


Il y a un monde fou à l'aéroport.


On va laisser faire Electra pour pouvoir avoir des billets d'avion.


On a décidé de passer le temps en allant manger un morceau dans un fast food grâce à l'argent de l'homme à qui j'ai pris le porte feuille à l'entrée.


Electra a fini par arriver (et a manqué de me tuer par la même occasion...).


Elle a été géniale avec le directeur de l'aéroport... et effrayante...


Mais grâce à elle, on a eu des billets de première classe!

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Dim 13 Sep - 1:40

Hakodate, aéroport, le 13 septembre


Le vol s'est plutôt bien passé. La première classe, c'est vraiment... classe!


On a bien rigolé pendant le vol (sauf Itaku qui n'aime pas l'avion...).


Lorsque les lumières de Hakodate ont commencé à se faire voir, j'ai sentis mon cœur s'accélérer.


Je crois que je venais de réaliser ce qu'on s'apprêtait à faire.


Nous sommes revenus chez nous. Après une demie-année d'absence, nous sommes de retour à Hakodate et probablement pour la dernière fois. Que l'on s'en sorte vivants ou non.


Pourtant, bien que je sache que nous avons des chances, j'ai toujours cette impression étrange qui me dit de me méfier.


Comme si Hakodate savait que nous devions revenir et qu'elle ne voulait pas nous laisser repartir.


J'espère que cette impression disparaîtra ou qu'elle n'est qu'une impression sans fondements...


Je me sens mal au fur et à mesure que le temps passe.


J'ai beau faire le gamin devant les autres, je suis de plus en plus inquiet.


J'angoisse en repensant à ce qui m'a poussé à revenir. J'angoisse à l'idée que nous puissions ne pas revenir. J'angoisse en pensant à ce qui va se passer.


De plus, même si j'arrive à moins le montrer, j'ai une envie irrésistible de prendre mes comprimés mais je ne peux pas le faire devant les autres. Ils penseront encore que je suis malade ou que je me drogue.


Il va falloir que je la joue fin pour pouvoir continuer à en prendre...


Une fois arrivés à l'aéroport de Hakodate, de vieux souvenirs me sont revenus en mémoire, autant bons que mauvais.


Mais une chose me restait en tête : nous sommes revenu chez nous. Cette ville que j'ai abandonné pour vivre dans ma nouvelle ville, ma nouvelle maison, mon nouveau refuge, ma nouvelle vie qu'est Terrae.


Nous avons retrouvé Electra à l'entrée de l'aéroport. Elle était arrivée il y a peu.


La personne que Kazuuya devait voir a eu un soucis : Kazuuya lui avait dit que nous arriverions à 19 heures alors que nous sommes arrivés à une heure du matin (le pauvre quand même) et du coup, il a finit par s'endormir. Il s'appelle Shun.


Surtout qu'il a l'air d'être le genre de personne qui se laisse facilement marcher sur les pieds.


Mais il nous a tout de même trouvé (bon d'accord avec l'argent de Kazuuya (en même temps avec ce que père et mère lui ont donné sur son compte depuis sa naissance, il a largement les moyens d'avoir une vie tranquille)) un superbe 4x4 noir. Comme dans les films. Et nous allons loger dans une villa que je connais bien...


Finalement, il y a du bon à faire cette "excursion".


Electra va laisser sa moto dans le parking le temps de notre séjour.


Au moment de partir, j'ai aperçu deux Yakuzas qui étaient en train de nous regarder.


Lorsque je les ai vu se diriger vers les toilettes en ouvrant leurs portables, j'ai aussitôt fait tilt.


Je m'y suis vite rendu.


J'ai déréglé leurs portables avant qu'on ne réponde en introduisant de l'eau à l'intérieur et j'ai noyé leurs propriétaires avec une sphère d'eau qui recouvrait leurs têtes.


Je leur ai enlevé leurs hauts pour examiner leurs dos. Ils avaient bien le tatouage du clan de Heihachi.


J'ai caché les corps dans les toilettes pour handicapés (ironie du sort?) et j'ai refermé la porte derrière eux puis je suis vite retourné voir les autres pour que nous partions dans la seconde.

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mer 16 Sep - 22:27

Sortie de Hakodate, villa, le 13 septembre



Kazuuya a pris le volant du 4x4 (demain, c'est n'importe qui, sauf lui qui conduit) dès notre sortie de l'aéroport.


Je l'ai guidé pour aller jusqu'à la villa en empruntant un chemin que j'ai souvent utilisé pour éviter les contrôles de police fréquents sur la route nationale.


Une fois arrivé, j'ai remarqué la piste d'atterrissage pour hélicoptère terminée sur le toit de la villa.


La falaise semble toujours aussi haute par rapport à la surface de la mer.


Vue de nuit, la mer semble tout autre. Elle paraît encore plus indomptable, plus sauvage que la journée.


Je l'envie. J'aimerai aussi pouvoir faire ce qui me plaît, aller où je veux au gré de mes envies...


Mais pour le moment, je ne peux pas agir comme tel.


J'ai raconté aux autres mes mésaventures sur la nationale avec la police (parce qu'il y en a eu d'autres mais ailleurs). Notamment la fois où j'ai terminé au commissariat après avoir frappé presque à mort un policier qui m'avait arrêté pour excès de vitesse (je devais rouler à 260 km/h à bord de ma Morini Corsaro 1200 si je me souvient bien) et la fois où j'avais semé les policiers en refusant de m'arrêter.


Nous avons passé une bonne partie de la nuit dans la cuisine qui était reliée au salon à boire tranquillement en rigolant un peu.


J'essaye de savourer chacun de ces moments que je passe avec eux en essayant de me convaincre que ce ne seront pas les derniers que je passerai en leur compagnie.


Les disputes entre Itaku et Kazuuya sont toujours aussi marrantes et Electra...


Inutile de décrire la joie que je ressens quand je suis en sa compagnie ou même quand je la voix ou l'entends. Que ça plaise ou non à Itaku, elle est maintenant une part de ma vie (bien qu'elle l'ait été avant mais maintenant, c'est non seulement une certitude mais cette part est encore plus importante qu'avant).


Malgré tout, j'ai cette sensation inquiétante qui ne me quitte pas et qui ne cesse de se renforcer au fur et à mesure que le temps passe... Comme si ces moments que je passe avec eux étaient les derniers...


Kazuuya a commencé à entamer une pizza et à ce moment-là, j'ai eu une nouvelle sensation de manque de mes comprimés et prétexté aller me coucher pour en prendre.


La vue dans cette chambre est toujours aussi belle.


Alors que je regardais la mer, j'eus eu une douleur dans tout le corps.


J'ai du faire de gros efforts pour ne pas crier de douleur pour ne pas alerter les autres.


Quand j'ai toussé et que quelques gouttes de sang me sont sorties de la bouche, j'ai vraiment commencé à m'inquiéter. C'était la première fois que ce genre de chose m'arrivait.


Il faut vraiment que j'arrête de prendre ces comprimés. Heureusement, je commence à en avoir de moins en moins envie même si les sensations de manque finissent par se faire ressentir.


La douleur a fini par disparaître et je me suis reposé un peu pour récupérer.


Je suis, en ce moment, sur le toi de la villa qui fait également office de piste d'atterrissage pour hélicoptères et profite de la vue que l'on a sur la ville.


Cette ville est belle mais à l'intérieur s'y cachent des choses tellement laides que le simple fait d'y penser me rend malade.


L'aube se lève derrière l'immensité de la mer qui s'étend à perte de vue, offrant l'un des plus beaux spectacles que l'on puisse voir en cette terre.


La journée qui s'annonce va tout de même être mouvementée, même si aucun plan d'action n'est censé se dérouler aujourd'hui.


J'ai tout de même honte d'écrire cela dans ce carnet mais je me tiens à ce que j'ai écrit et marque tout ce que je pense et fait pour le cas où je ne serai plus là pour le raconter : je vais devoir prendre de nouveau des somnifères pour pouvoir dormir comme il faut et sans risquer de faire les cauchemars que je risque de faire maintenant que je suis revenu à Hakodate.








_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Ven 18 Sep - 18:24

Sortie de Hakodate, villa, le 18 septembre


Le réveil a été très dur et pénible. Bien entendu, tout le mérite en revient à Kazuuya qui n'a rien trouvé de mieux que de me réveillé en m'arrosant avec le pommeau de la douche.


Ça aura au moins eu le mérite de bien me réveillé (même si c'est du pied gauche). On a fait une petite bagarre puis, il est sortie de la chambre en me disant de me préparer (il ne restait qu'une heure avant que l'on ne parte).


J'ai regardé la mer en dessous de la baie vitrée puis, ne pouvant résister, j'ai fait un plongeon dans la mer où je me suis entraîné par la même occasion à respirer sous l'eau sous ma forme humaine.


Le monde sous l'eau est vraiment tout autre que sur la terre ferme ou même dans les airs.


Il y règne un calme apaisant et inquiétant à la fois. Voir le soleil quand on lève la tête vers la surface est tout de même beau.


J'en ai profité pour nager tranquillement pendant un petit moment, profitant des dernière minutes de tranquillité que je risquais d'avoir aujourd'hui.


En sortant de l'eau, j'ai vu Electra qui avait l'air de s'être baignée également.


J'ai été content de la voir ce matin. Puis nous sommes retournés à la villa où Itaku et Kazuuya semblaient nous attendre en s'endormant de nouveau.


Je progresse plutôt vite pour faire apparaître des vêtements. Je pense que ça ne me posera pas de problèmes bien longtemps.


Electra avait raison : il n'y a pas de raisons que je n'y arrive pas vu que, questions pouvoirs, les transformations sont ce que je maîtrise le mieux.


J'ai avalé rapidement une bouteille de saké pour me motiver puis, je suis allé chercher mon manteau blanc et Karasu avant de rejoindre les autres.


A partir de ce moment-là, mon cœur s'est mis à battre de plus en plus vite, excité par le fait de savoir que la "mission" allait enfin vraiment commencer.


J'ai prévenu les autres de ce que nous allions faire aujourd'hui : on va d'abord aller voir Kirua qui devra me donner de l'argent qu'il aura récupéré pour pouvoir ensuite payer Raito qui me trouvera une paire de revolvers qui m'iront à peut près (je ne peux pas dire parfaitement. Depuis que j'ai essayé ceux de Electra, je suis persuadé qu'aucun autre revolver ne pourra m'aller. On dirait que ces revolvers sont faits pour s'adapter à n'importe qui vu que Electra aussi les trouve parfaits pour elle).


Et enfin, on ira chez Itaku pour qu'elle nous remette, à Kazuuya et moi, les papiers pour pouvoir avoir le droit de porter en toute légalité nos katanas.


De plus, je sais que retourner là-bas lui fera se rappeler de mauvais souvenirs et elle ne sera pas vraiment avec nous.


Je compte profiter de ce moment pour pouvoir la laisser là-bas et partir avec Electra et Kazuuya (on se prendra un hôtel pour le cas où Itaku retrouve le chemin de la villa).


La nouvelle du fait que nous iront chez elle n'a pas eu l'air de lui faire très plaisir, confirmant ce que je pensais.


C'est Electra qui conduira (je ne sais pas pourquoi mais je sens qu'elle a une conduite similaire à celle de Kazuuya...).


Nous sommes donc près à retourner à Hakodate en pleine journée.

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Jeu 24 Sep - 21:28

Sortie de Hakodate, villa, le 24 septembre


Avant de partir, j'ai expliqué aux autres ce que nous allions faire aujourd'hui. Dans un sens, ce sera notre dernière journée de "tranquillité". En effet, on va plus se préparer pour ce qui nous attend qu'autre chose.


Quand j'ai fini par dire que nous irions chez Itaku, cette dernière n'était pas très emballée par l'idée. Mais je la comprend.


Après tout ce qu'elle a vécu dans cette maison surtout depuis que son père, mon maître forgeron, celui qui m'a appris comment vraiment aimer une lame, avait commencé à boire et à la battre. Ce qui n'avait fait qu'empirer à la mort de la mère de Itaku.


Mais il nous fallait ces documents pour pouvoir circuler en ville avec nos katanas sans risques. On risque déjà suffisamment de tomber sur les Yakuzas de Heihachi à tout moment sans avoir besoin de devoir éviter la police.


Lui imposer ça m'a fait mal au cœur.


Electra a donc pris le volant pour nous mener en ville. Une chose est sûre, elle a beau être parfaite, je ne l'engagerai jamais comme taxi. Elle est pire que Kazuuya au volant! J'ai bien fait de ne pas la faire passer sur la nationale souvent contrôlée par la police!


Kazuuya avait beau faire le macho avec les femmes au volant, Electra fait peur quand elle conduit (surtout qu'apparemment elle a vraiment renversé quelqu'un une fois). Je ne me mets plus jamais côté passager quand elle conduit.


Au moment où je rédige ce carnet, je viens de repenser à la prière de Kazuuya à laquelle je n'avais pas fait attention sur le coup (j'étais trop occupé à ne pas quitter mon siège). Il faudra que je la lui rappelle! Lui et Itaku sont pires que des enfants : ils passent leur temps à se chamailler. Mais c'est tout de même amusant à voir.


Electra est apparemment allergique aux GPS (en même temps, ce n'est pas toujours fiable ces engins. Des fois, ils nous disent de tourner à droite alors qu'on ne peut pas).


Lorsque nous sommes arrivés au parc, je crois qu'aucun d'entre nous n'est jamais descendu aussi vite que cette fois-là.


Revenir à ce parc m'a rappelé une foule de souvenirs du temps où j'y allait souvent. Mais, il fallait aussi qu'on reste sur nos gardes. On avait trouvé des Yakuzas à l'aéroport hier à notre arrivée. On avait des chances d'en trouver ici.


Ne voyant pas Kirua tout de suite à notre arrivée, je l'ai appelé. Il n'était pas loin et il est rapidement arrivé.


Le revoir m'a fait réaliser que nous étions bien revenus à Hakodate. Le revoir m'a également rappelé l'époque où sa femme (j'ai oublié son nom) le trompait avec moi. Je ne sais toujours pas comment (mais bon, il est policier après tout, il a bien quelques moyens pour obtenir des informations) mais il a découvert notre liaison qui durait depuis un mois si je me souviens bien.


Je me souviens du soir où il l'avait suivie alors qu'on devait passer la nuit dans l'appartement que j'avais à l'époque. Je le revis la tuer à bout portant. Heureusement que j'avais toujours un poignard dans ma manche. J'ai pu le lui planter dans la main pour qu'il lâche son arme. L'immobiliser n'avait pas été difficile.


Depuis, je lui faisais faire tout ce que je voulais contre mon silence.


Un peu avant que nous partions de Terrae, je lui avait dit de me mettre de l'argent de côté. Il n'avait assez donc il m'a donné de l'argent qui faisait officie de pièce à conviction dans une enquête qu'il avait mené.


Il m'a dit m'avoir trouvé changé. C'est sûr que maintenant, je n'étais plus vraiment le délinquant qu'il avait connu (du moins, je l'espère).


Même là, Itaku et Kazuuya se sont chamaillés.


Je ne voulais pas qu'il sache à quoi allait servir cet argent mais Electra a gaffé en pensant que ce serait lui qui me procurerait les revolvers dont j'avais besoin. Kirua n'a pas eu l'air d'avoir apprécié mais il n'a rien dit.


Avant de se remettre en route, j'ai raconté aux autres pour quelle raison il avait fait ça. Puis nous nous sommes mis en route pour aller voir Raito.


Pendant le trajet, Etsuko m'a appelé et, malgré ce que je m'étais promis de faire, j'ai répondu.


L'entendre m'a fait du bien. Elle me manque terriblement. Par contre Kazuuya va avoir des soucis quand o va rentrer... Si on rentrera...


Apparemment, il lui avait dit qu'il la préviendrait si on devait partir et il ne l'a pas fait.


Par contre, j'ai gaffé à mon tour quand j'ai dit à Kazuuya qu'on irait faire un tour au quartier des plaisirs... Je n'avais pas pensé à la réaction de Itaku sur le coup. Je m'en suis voulu.


Kazuuya s'est pris la gifle du siècle par Electra pour avoir parlé des femmes comme des objets. La scène m'a à la fois amusé et fait peur.


Nous sommes finalement arrivés chez Raito. Il n'a pas changé d'un pouce, bien que lui m'ait aussi affirmé le contraire pour mon cas (il ne m'avait pas reconnu sur le coup). Son appartement est toujours aussi rempli d'armes!


On a mis une bonne demie-heure pour enfin trouver les revolver qu'il me fallait : des automatiques M9.


J'ai vu Electra et Kazuuya lui voler des munitions et des grenades. Je ne peux rien dire vu que j'ai moi aussi pris des munitions pour mes nouveaux joujous.


Kazuuya lui a pris une dizaine de bombes avec détonateur que Raito lui devait suite à un pari perdu à ce que j'ai compris.


Raito a été surpris par les revolvers de Electra (en même temps, je le comprend). Il a fini par nous mettre à la porte. Itaku et Kazuuya se sont ENCORE disputé (ça en devient lassant et énervant à force).


Nous avons ensuite décidé d'aller chez Itaku. Avant de monter dans le 4x4, j'ai dit à Electra qu'il fallait qu'on parte sans Itaku.


Itaku ne roule pas vraiment mieux que Electra ou Kazuuya (pourquoi je suis tombé sur des fous au volent?).


Lorsque nous sommes arrivés, le malaise de Itaku a été ressentit par tout le monde. Lorsque nous sommes rentrés, on a tous suivis le regard de Itaku vers la rampe de l'escalier.


C'est là que son père l'attachait pour la fouetter... Cette pensée me donne la nausée...


Malgré les horribles souvenirs que recelait cette maison, j'en ai eu de bons qui me sont parvenus.


J'ai repensé aux fois où j'avais été invité pour diverses raisons comme pour passer une soirée autour d'un repas ou encore pour donner un coup de main pour une quelconque raison. C'était l'une des plus belles périodes de ma vie.


Quand nous sommes montés à l'étage pour récupérer les documents dont nous avions besoin. On a trouvé les anciens instruments de torture de Itaku : une paire de fouets.


Il faut reconnaître que dans leur genre, ils étaient beaux. Lorsque Electra a donné son avis sur ces derniers, Itaku lui a répond sèchement une fois de plus. Ça me désole que ce genre de scène se produise...


Itaku nous a donné l'opportunité de partir sans elle en allant dans sa chambre. Bien sûr on a saisis l'occasion et au moment où l'on a ouvert la porte pour sortir, on est tombé sur ses sœurs.


Elles n'auraient pas pu plus mal tomber.


A l'époque où tout allait bien pour la famille de Itaku, elles avaient toujours flashé sur moi. Je les ai parfois soupçonné d'être à l'origine de certaines invitations chez les Abaraï (surtout que quand c'était pour un repas, je me retrouvais toujours encerclé par elles). Et bien, ça n'a pas changé (à la différence qu'elles ont l'air d'être des Kazuuya au féminin).


Du coup, notre plan pour partir sans Itaku est tombé à l'eau.


Le seul point positif, c'est que Shizuka semble plus s'intéresser à Kazuuya qu'à moi.


La partie où Electra est intervenue n'était pas mal. Elle n'a pas mis longtemps à ce qu'elles en ait peur.


Mais c'est Itaku qui a fait le plus peur dans l'histoire. Si Kazuuya n'avait pas réagi à temps, elle les aurait sûrement tuées. Elles ont fini par partir après ça. En tout cas, la maison est maintenant officiellement à Itaku.

Bien entendu, elle a mal pris le fait que l'on ait voulu partir sans elle (en même temps, je la comprends).


On a décidé de ne pas trop s'étendre sur le sujet et nous sommes allés rendre hommage à ceux qui nous ont quitté (c'est Kazuuya qui a conduit...).


Je déteste ce genre d'endroit. A chaque fois que je vois le nom de quelqu'un que je connais, je ne peux m'empêcher de revoir les bons moments que j'ai passé avec, comme si quelque chose me rappelait ce que j'avais perdu...


Je suis resté un moment avec Itaku pour rendre hommage à ses parents puis, je suis allé voir mes amis morts il y a peu par cette ordure pendant que Electra découvrait qu'elle ne recevrait jamais 8000 yens.


Soudain, Kazuuya m'a appelé pour me montrer la pierre tombale de nos ses parents. J'ai plus été surpris que triste par cette nouvelle.


Naturellement, nous sommes ensuite retournés à notre ancienne maison. Kazuuya était complètement déstabilisé. Je crois que c'était la première fois que je le voyais comme ça.


Lorsque nous sommes arrivés à notre ancienne maison, nous avons découvert qu'elle était habitée. Kazuuya était furieux.


A l'instant même où j'ai posé un pied à l'intérieur, j'ai été attaqué mentalement par une vague de souvenirs d'événements ayant eu lieu dans cette maison.


J'ai repensé à une fois où l'on était rentré de cours avec Kazuuya et où mère sa mère n'avait eu d'yeux que pour ce dernier, m'ignorant totalement. Le seul moment où elle m'avait accordé de l'intérêt, c'était pour me lancer le regard glacial qu'elle me lançait à chaque fois qu'elle me regardait.


J'ai tout de même réussi à aller jusqu'à la cuisine où j'ai de nouveau eu des souvenirs y ayant eu lieu. J'ai repensé à la fois où personne ne m'avait appelé pour venir manger. Kazuuya s'était ouvertement moqué de moi et ses parents se sont également moqués de moi. Mère Sa mère m'avait dit qu'il était temps que je sache me préparer à manger et quand j'ai dit que Kazuuya ne le faisait pas, son père m'avait donné une gifle et crié dessus avant de m'ordonner de m'excuser.


Quand je suis revenu à la réalité, j'ai compris qu'ils avaient été assassinés et qu'ils avaient, peut de temps avant, mis la maison en vente. Je suis certains que c'est Heihachi le responsable.


Le nouveau propriétaire nous a remis une lettre à chacun de la part des parents de Kazuuya.


Je ne sais pas ce que disait la sienne mais la mienne expliquait pourquoi ils m'avaient tant haï pendant toutes ces années. Ils m'avaient adopté. Je n'ai jamais été leur fils et ne m'ont jamais considérer comme tel.


Kazuuya et moi n'avons jamais été frères. Et Kazuuya était au courant mais avait ordre de ne rien dire.


Je ne sais pas ce qui m'a pris mais j'étais tellement furieux et frustré que j'ai passé Kazuuya à tabac comme un fou furieux.


Itaku et Electra m'ont dissuadé d'arrêter et je suis monté dans mon ancienne chambre où de nouveaux souvenirs me sont venus.


J'ai revu la première fois que cette chambre où le seul mobilier qu'on y trouvait était un matelas et une armoire. J'avais eu le malheur de me plaindre et la mère de Kazuuya m'avait giflé en me menaçant de me mettre à la rue si je continuais à me plaindre.


En y repensant, ce n'était peut être pas une mauvaise chose ce qui m'était arrivé : j'avais pu apprendre à me débrouiller seul et à mieux comprendre la détresse de ceux qui vivaient dans la rue ou qui avaient une situation presque semblable.


Mais sur le coup, j'étais plus déchiré qu'autre chose. J'étais perdu. Je me sentais trahis. J'avais l'impression de devenir fou.


J'avais toujours vécu dans le mensonge sans le savoir. J'avais vécu entouré d'un mépris et d'une haine que je ne comprenais pas.


Aujourd'hui, j'ai eu la réponse à ces questions.


Electra est montée me rejoindre. Sa présence m'a fait du bien, même si je ne l'ai sans doute pas montré.


Je me suis vraiment sentis idiot (et c'est toujours le cas). C'est à cause de moi que les autres sont ici et je leur impose un spectacle pitoyable. Je devrais ne rien dire et leur éviter d'assister à ça.


On a fini par redescendre. J'ai donné mon manteau aux propriétaires pour compenser les dégâts causés au moment où j'ai frappé Kazuuya (il vaut presque un million de yens mine de rien).


On est allé rejoindre Itaku et Kazuuya (il était allongé sur la banquette arrière). Itaku a conduit sur le chemin du retour.


Pendant ce temps, Kazuuya m'a expliqué son comportement envers moi : à l'époque où il m'apprenait à manier le katana, il n'était pas au courant que nous n'étions pas frères. C'est à partir du moment où il l'a appris qu'il m'a fait mener une vie impossible. Et quand il a été en âge de comprendre, j'étais déjà parti. C'est pour ça qu'il m'a tout de suite aidé quand je suis revenu.


S'il ne m'a jamais rien dit à propos de nos liens, c'est parce que, comme moi (même en sachant que l'on n'est pas frères de sang), il me considère comme son petit frère.


Je crois qu'il ne m'a jamais fait autant plaisir qu'à ce moment.


Sur le coup, je me suis vraiment sentis mal de l'avoir frappé...


On a fini par arriver à la villa.


On est vite allé se coucher car demain, on va rendre visite à Karin et, c'est certain, ce ne sera pas triste.


Et si on ne perd pas trop de temps, on pourra commencer à agir dès demain.

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mer 30 Sep - 16:49

Hakodate, chez Karin, le 30 septembre


Le réveil à une fois de plus était animé (toujours par Kazuuya). Il est tombé sur la table basse du salon. Je ne sais pas pourquoi, j'ai à la fois était surpris et non surpris de trouver Electra avec moi à mon réveil. Une chose est sûre : j'étais content qu'elle soit là.


Apparemment, elle a été réveillée par le bazar que faisait Kazuuya au rez-de-chaussé. Elle avait l'air paniquée. Apparemment, c'est la première fois que ça lui faisait ça.


J'étais inquiet pour elle mais elle voulait faire comme si tout allait bien donc je n'ai pas insisté. Je sais qu'on a rarement envie de parler de ça sur le coup.


Quand je suis descendu dans le salon, Itaku et Kazuuya se disputaient déjà (ils ne perdent pas de temps).


Quand on est parti, j'étais toujours aussi inquiet pour Electra...


Cette fois, c'est moi qui ai conduit. J'ai pris mon temps pour retarder le plus possible notre rencontre avec Karin.


Lorsque nous sommes arrivés, je me suis mis en arrière dans le groupe et espérais malgré tout qu'elle ne me reconnaîtrait pas (même si j'aurai du révéler mon identité un moment donné).


Elle n'a pas changé. Je n'ai pas eu besoin de dire que c'était moi qu'elle m'avait déjà reconnu et m'avait plaqué contre le mur pour m'embrasser (ça aussi, ça n'a pas changé). Elle a toujours était accro à moi (alors que je n'aime pas ça)...


Évidemment, les autres étaient morts de rire.


J'ai dû avoir une tête de blasé quand Electra a dit qu'elle était notre nounou...


Forcément, le fait que Karin ne me lâche jamais m'a fait virer au rouge pivoine.


Quand j'ai demandé des renseignements sur le réseau de Heihachi, elle a révélé que c'était le mien avant (elle aurait pu s'en passer...).


Une chose est sûre : elle en veut toujours à Kazuuya de m'avoir aidé à partir de chez elle la dernière fois que je l'ai vue (elle m'avait attaché au lit pour que je ne parte pas. Heureusement que j'avais dit à Kazuuya de venir me chercher avant...).


Apparemment, retrouver Heihachi va être plus difficile et long que prévu : il a plein de résidence (la dernière fois, il n'en avait que trois) et on va devoir trouver certaines personnes qui nous permettront de savoir où le trouver.


La personne qui serait la mieux placée pour nous dire où le trouver serait Nami Mishika, sa sœur.


Mais elle aussi a plusieurs lieux de résidence (mais heureusement pour nous, le nombre n'est réduit qu'à deux).


Karin nous a fait une belle frayeur (j'ai sentis les autres sur leurs gardes sur le coup) en prononçant le nom de Etsuko. Finalement, c'était parce qu'elle surveille mes conversations téléphoniques (même là, je ne suis pas tranquille avec elle. En même temps, c'est une professionnelle en informatique donc c'est un jeu d'enfant pour elle de faire ça).


Apparemment, c'était pour savoir si j'étais toujours en vie depuis la dernière fois que je l'avais vue (à mon avis, ce n'est pas la seule raison).


Apparemment, on trouvera Nami grâce à sa meilleure amie qui est serveuse dans le bar dans lequel j'étais avant.


Quand j'ai dit à Karin que j'étais avec Electra, elle a failli révéler quelque chose qu'elle n'avait pas à révéler (j'ai été obligé de la faire taire en l'embrassant et le pire c'est qu'elle était heureuse de ce qu'elle avait fait...).


Quand on s'est retrouvé devant le 4x4 avec les autres, je les ai prévenu qu'il y avait des risques de tomber sur une bande de Yakuzas dans le bar mais ils ont quand même voulu venir. Electra n'avait vraiment pas l'air rassurée.


Qu'est-ce qui m'a pris de les laisser faire?


Quand nous sommes arrivés, j'ai constaté que le quartier était encore moins fréquenté qu'avant (pourtant, il n'y avait déjà pas beaucoup de personnes qui s'y aventurait).


Il y avait deux gardes qui gardaient l'entrée du bar. Il fallait les tuer rapidement et silencieusement et Itaku s'est portée volontaire et s'est bien chargée d'eux.


On s'est ensuite engouffré dans le couloir entre l'entrée et le bar en lui-même. J'ai laissé à Electra le soin de faire une entrée en scène comme elle sait les faire (bien entendu, c'était une entrée classe) puis on a "fait le ménage" en tuant tout les Yakuzas qui se trouvaient là.


Mine de rien, je me suis bien amusé! Malgré tout, j'ai reçu un couteau dans le bras (ça aurait pu être pire).


On a ensuite questionné la serveuse qui me regardait bizarrement et qui finalement a eu une sorte de déclic et a dit me reconnaître. Elle me disait quelque chose mais je n'arrivais plus à me souvenir où je l'avais vue.


Elle a fini par nous donner l'adresse de Nami.


J'étais content : tout c'était bien passé et à par quelques marques pas bien méchantes, on s'en était bien sorti.


Cette impression est bien vite partie...


Electra et moi avions à peine mis les pieds dehors que Electra s'est faite électrocuter par un taser et s'est effondrée au sol, paralysée.


J'ai réussi de justesse à éviter celui qui m'étais destiné mais j'ai quand même reçu une décharge dans le bras et je me suis vite fait maîtriser par deux armoires à glace.


Je commençais à paniquer et étais furieux de ne plus rien pouvoir faire.


Ma colère n'a fait que grandir quand une ordure a osé poser son pied sur le visage de Electra (mais, je ne sais comment, elle a réussi à lui tirer dans la cheville).


Sur le coup, j'avais eu un petit sourire amusé. Mais ce sourire s'est rapidement changé en une expression de haine lorsque je l'ai vu sortir d'une des deux voitures garées en face de nous.


C'était bien Heihachi. Il était là, en face de moi... Et je ne pouvais rien faire. Je ne pouvais pas bouger.


Rien que le fait de le voir me donnait une violente envie de le tuer. J'étais furieux, enragé, plein de haine et même rempli d'autres émotions semblables, le tout couronné par une violente frustration face au fait que je ne pouvais rien faire.


Il avait une démarche calme, souple, assurée, charismatique et il avait un calme qui me déstabilisait et me rendais encore plus furieux.


Il a posé sa main sur ma joue et la seconde d'après, son visage devait être le reflet du mien envers lui et il m'a saisi les cheveux et les a violemment tiré en arrière.


Il a confirmé mes soupçons en me disant qu'il était bien à l'origine du meurtre des parents de Kazuuya.


Et il l'a enlevée. Il a enlevé Electra sous mes yeux en la trainant par les cheveux jusqu'à la voiture où l'a jetée sur la banquette arrière.


J'avais l'impression d'être un an plus tôt...


Je le suppliais, je l'implorais... et il rigolait.


J'ai reçu un coup de taser dans le dos, me rendant dans le même état que Electra et j'ai vu les voitures partir sous mes yeux, sans que je ne puisse rien faire.


Je ne me suis jamais autant hais. Je n'aurais jamais du les emmener avec moi. A cause de moi, Electra s'est faite enlevée par cet enfoiré.


Il a remarqué que je tenais à elle et je suis certains qu'il prendra un grand soin à la faire souffrir (et si elle a les malheur de cracher du sang à cause du mal qui la ronge, il ne mettra pas longtemps à savoir d'où cela vient et il fera en sorte qu'elle n'en souffre que davantage).


Lorsque j'ai été en état de tenir un minimum debout, je suis retourné à l'intérieur. J'étais persuadé que s'IL était venu, c'était parce que cette saloperie le lui avait dit pendant qu'on affrontait la bande de Yakuzas.


Et j'avais raison... Par la même occasion, je me suis souvenu d'où je la connaissais : Nami m'avait présenté à elle pour qu'on puisse coucher ensemble (à l'époque où je la fréquentais, elle me présentait souvent des filles comme ça avec qui je pouvais passer du bon temps).


Son air satisfait m'a tellement énervé que je l'ai tuée avec une balle dans la tête.


Lorsque je suis retourné dans la ruelle, j'ai trouvé une des dagues de Electra au sol.


Je l'ai introduite dans un de mes gants blancs et j'ai fait disparaître ce dernier pour être sûr de ne pas perdre la dague.


J'aurais dû écouter Electra et me concentrer uniquement au bon déroulement de notre excursion sans culpabiliser de quoi que se soit...


Tout est de ma faute...


J'ai essayé de me calmer en frappant de toutes mes forces contre le mur mais, malgré mes poings en sang, la douleur que j'avais au pire ne cessait de devenir plus forte.


Sans que je ne m'en rende compte, mon apparence a changé. Je me suis retrouvé avec l'apparence que j'avais un an plus tôt (sans les tatouages et les percings) et mon caractère s'est également rapproché de celui que j'avais il y a un an.


Il fallait que je me défoule sur quelqu'un. Itaku s'est proposée et je n'ai rien objecté. Mais à ce moment-là, nous avons entendu des sirènes de voitures de police et j'ai vu là, l'occasion de me défouler sur des personnes qui l'avaient mérité.


Je suis donc retourné au bar après avoir fait disparaître mes armes blanches que j'avais mises dans mon manteau et les ai attendu en disant à Itaku et Kazuuya de me laisser faire et de partir.


J'ai tué un policier en lui tirant une balle dans la tête et après avoir évité la première rafale ennemie en me cachant derrière le comptoir, je me suis rendu en m'amusant à énerver ceux qui m'arrêter en les vannant.


J'ai gardé le silence pendant le trajet jusqu'au commissariat pour éviter de retarder le moment où j'y finirai et quand nous sommes arrivés, j'ai recommencé à m'amuser avec eux.


J'ai fini dans une cage où se trouvaient déjà quatre détenus.


J'ai tenté de passer mes nerfs sur eux mais ça n'a fait que me calmer très partiellement.


Les policiers les ont fait sortir, me laissant seul dans cette cage.


Le lendemain, Itaku est venue me sortir de là (son numéro m'a amusé mais elle n'imagine pas à quel point il m'a fait souffrir...).


On est parti en quatrième vitesse.


Pendant le chemin, elle a finit par arrêter de conduire, épuisée et j'ai pris la relève.


Lorsque nous sommes arrivés à la villa, cette dernière était en feu.


Mon cœur s'est violemment mis à battre de plus en plus vite en pensant que Kazuuya était resté à la villa.


On l'a retrouvé par terre à l'extérieur, une balle dans l'épaule et il était comme mort.


Avec Itaku, on a vraiment cru qu'il était mort (peut être l'était-il vraiment) mais elle a fini par le ranimer alors que j'avais abandonné tout espoir de le revoir bouger un jour.


J'ai eu un immense soulagement. Il m'a fait la peur de ma vie.


Malgré tout, cette mission tourne de plus en plus au cauchemar : entre les personnes que j'ai blessé en leur disant que je partait, Yuki qui est morte à cause du fait que je voulais revenir ici sans le lui dire en face, Itaku qui souffrait de ce qu'elle vivait, Kazuuya qui avait manqué de se faire tuer et Electra qui se retrouvait entre SES mains...


Nous sommes allé chez Karin pour pouvoir soigner Kazuuya et lui extraire cette balle.


Bien entendu, elle ne se souciait que de moi...


Finalement elle a "soigné" Kazuuya en l'entraînant dans la salle de bain avec des outils dont je me demande encore quelle pouvait être leur utilité dans le cas présent (mais je préfère ne pas connaître la réponse). On a entendu Kazuuya hurler à la mort pendant les "soins" (elle lui en voulait bien pour la dernière fois).


Quand Karin est sortie de la salle de bain, Kazuuya était évanoui dans la baignoire mais au moins, il était tiré d'affaire bien qu'il ne puisse plus se servir de son bras gauche avant de rentrer à Terrae.


Je m'en veux tellement...


Finalement, on a mangé chez Karin qui a commandé des sushis (elle a fait exprès de prendre mes préférés) puis nous sommes allé dormir.


Itaku a dormi sur le canapé, Karin dans sa chambre et moi avec Kazuuya, toujours inconscient... Enfin c'est ce que j'ai cru.


A mon réveil, je me suis retrouvé avec Karin allongée contre moi.


Nous sommes entrain de nous préparer et on est près à partir pour chez Nami dont nous avons l'adresse.


Si tout marche pour le mieux, tout sera fini aujourd'hui.


Aujourd'hui, je tuerai Heihachi et je sauverai Electra ou Heihachi me tuera mais il y aura un mort.










_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mer 30 Sep - 16:56

Hakodate, chez Nami, le 30 septembre


Nous sommes enfin arrivés chez Nami Mishika.


Elle n'a pas changé : elle ressemble toujours à Etsuko (elle m'avait étonné par la ressemblance la première fois que je l'avais vue) et a toujours le même caractère.


Bien entendu, Kazuuya flache sur elle et il est à son goût.


Elle aussi a essayé de dire des choses qu'elle n'avait pas besoin de dire.


Finalement, elle ne sait pas où trouver Heihachi.


J'ai cru devenir fou.


On aurait donc fait tout ça pour rien? Electra se serait faite enlevée pour une information qui ne nous aurait servi à rien...


Heureusement, Nami m'a dit que Retsu Sanikawa était la maîtresse du Wakagashira de Heihachi.


Ce dernier ne peut que savoir où trouver Heihachi.


Notre prochain objectif est donc le quartier des plaisirs.




_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Lun 5 Oct - 0:21

Hakodate, chez Karin, le 4 octobre


Nous sommes allés au quartier des plaisirs comme prévu.


L'endroit n'a pas du tout changé. J'ai été envahis de souvenirs en retournant là-bas.


Cependant, je n'ai pas eu beaucoup le temps de me les remémorer. En effet, quelqu'un avait reconnu Itaku.


Nous avons donc fait la connaissance de Ayame et nous avons, par la même occasion, découvert le véritable raison de la présence de Itaku à Hakodate : libérer Ayame.


Elle était tout de même jeune et le fait qu'elle ait été là à l'époque où Itaku y était et aujourd'hui m'a étonné.


Elle était tellement jeune que le fait qu'elle soit vivante pour le temps passé là-bas m'a étonné. Mais il semblerait que se soit grâce à Itaku.


Quand Itaku a parlé de convaincre Retsu de libéré Ayame, je lui ai assuré que je m'en chargeais.


Retsu ne m'a jamais rien refusé, même après que j'ai arrêté d'être le propriétaire de ce réseau de prostitution.


Quand nous avons rencontré Retsu, elle a révélé que j'étais donc l'ancien propriétaire.


Sur le coup, je m'en fichais. Ce que je n'avais pas prévu et ce à quoi je n'avais pas pensé, c'est que Itaku ait pu faire partie de MON trafic.


Lorsqu'elle l'eut compris, je me suis retrouvé dos au mur et Itaku me menaçait de me tuer.


Sur le coup, je ne savais plus quoi dire ni quoi faire tellement j'étais sous le choc de la nouvelle.


Kazuuya et Ayame ont éloigné Itaku de moi.


J'ai révélé à Kazuuya que j'égorgeais moi-même les femmes qui ne me convenaient pas à l'époque.


J'ai demandé à Retsu de libérer Ayame et de me donner l'adresse du Wakagashira de Heihachi.


Elle a acceptée comme prévu.


Nous sommes ensuite sortis.


Mais on a fait la bêtise de laisser Itaku seule avec Retsu. Elle en a profité pour la tuer.


Je n'ai pas eu le temps de dire quoi que se soit qu'une bande de Yakuzas s'approchait de nous et aucun doute possible, c'est nous qu'ils visaient.


Nous sommes donc partis contre mon gré (j'avais envie de me battre). Ils étaient trop nombreux et il y avaient beaucoup trop d'innocents à côté.


Malheureusement, les Yakuzas n'ont pas pensé à ça et ils ont ouvert le feu.


Pendant la fusillade, Ayame a été touchée et elle est morte dans les bras de Itaku.


Kazuuya est allé la chercher pendant que je les couvrait.


La scène m'a fait mal au cœur.


Nous sommes ensuite partis à toute allure.


Nous sommes rentrés chez Karin et Itaku s'est enfermée dans la chambre d'amis où, d'après le bruit qu'on a entendu, elle y a cassé tout ce qu'elle trouvait.


Je sais qu'elle est triste à cause de la mort de Ayame. Je sais qu'elle est furieuse à cause de moi. Je suis celui qui a fait de sa vie un enfer.


Je crois que je n'arriverai jamais à me le pardonner et je sais que je ne mérite que son mépris.


Kazuuya est allé essayer de la calmer.


Je n'entends plus de bruits depuis un moment. Je suppose que c'est bon signe. Ils doivent sûrement être en train de dormir.


Je vais aussi aller me coucher car demain matin, je compte partir avec Kazuuya dès l'aube pour rendre visite à ce fameux Jin afin qu'il nous donne l'adresse de Heihachi...

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Lun 5 Oct - 1:16

Hakodate, chez Karin, le 4 octobre


Ce matin, il s'est passé beaucoup de choses en peu de temps.


J'ai réveillé Kazuuya qui était avec Itaku à l'aube.


N'importe qui qui serait passé par là et n'aurait pas été au courant de leur situation aurait juré qu'ils étaient en couple...


Nous sommes partis chez ce fameux Jin.


Nous avions l'avantage de l'effet de surprise par l'heure matinale et, effectivement, quand nous sommes arrivés chez lui, il sortait de sa chambre quand il nous a entendu.


Quand je lui ai dit qu'on était là pour avoir l'adresse de Heihachi, il a compris qui on était et il a essayé de m'attaquer.


Je n'ai pas eu de mal à le désarmer.


Lorsque je m'apprêtais à lui poser la question quant à l'adresse de Heihachi, mon corps s'est remis à me faire souffrir.


C'est alors que j'ai compris d'où me venaient ces douleurs.


Juste avant de partir de la villa, j'avais pris des comprimés et, comme la dernière fois, mon corps m'a ensuite fait souffrir.


Je me suis donc retrouvé au sol, incapable de bouger.


Heureusement que Kazuuya était là, sinon, je serais mort...


Il a réussi à obtenir l'adresse pendant que je récupérais (je n'ai pas bien vu en détail ce qui s'est passé à cause de la douleur).


La douleur a fini par passer et quand j'ai avoué à Kazuuya que c'était à cause des comprimés, il m'a donné un coup de poing à la figure.


Lorsque nous sommes retournés chez Karin, cette dernière et Itaku étaient déjà debout.


Quand j'ai dit que nous avions l'adresse, Karin est partie chercher de quoi fêter l'évènement.


J'en ai profité pour révéler à Itaku est Kazuuya ce qui m'était vraiment arrivé depuis la fermeture de la forge.


Pour le cas où, je ne devrais pas survivre, je vais le raconter également dans ce carnet :


Tout a commencé lorsque le père de Itaku, a eu des soucis à la forge et qu’il a été obligé de la fermer. Je comprenais parfaitement que ce n’était pas de sa faute et qu’il n’avait pas eu le choix mais cet évènement… c’était comme si j’avais perdu quelque chose. J’avais perdu ce qui m’avait aidé à entamer une vie.


Quelques jours après la fermeture, j’ai commencé à changer. J’avais perdu mes repères, tout ce qui me faisait. Pour moi, forger était devenu ma raison de vivre. Presque autant que la pratique du katana. J’ai commencé à essayer de purger ma peine en allant boire dans des bars. J’y allais chaque fois que je le pouvais, dès que je trouvais un prétexte pour y aller. C’est pour cette raison que Itaku, Yuki, Kazuuya et ses parents ne m'avaient presque plus vu après la fermeture de la forge.


J’ai finis par y faire quelques rencontres, certaines peut recommandables. Mais j’essayais de ne pas trop me laisser influencer. Je savais ce que je risquais de devenir.


Puis Itaku est partie... A l’époque, je ne savais pas ce que je ressentais pour Yuki. Je me suis donc sentis seul. Avec Kazuya, on ne se parlait plus depuis que qu'il avait appris que nous n’étions pas frères. On ne se parlait pas comme des frères en tout cas, vu que j’étais devenu une sorte de souffre douleur pour lui...


Je me sentais vraiment seul et abandonné. J’ai alors décidé d’abandonner toute forme de responsabilité, de remords, de trop grande gentillesse.


J’ai commencé à sombrer dans l’alcool, la drogue et tout ce qui va avec. J’ai fini par intégrer une petite bande. On était cinq : il y avait donc moi, Karin, un ami qui s’appelait Noboru, un autre qui était devenu mon meilleur ami qui s’appelait Ikki et enfin Heihachi... Malgré le fait qu’il était bien plus âgé que nous (il doit avoir trente-cinq ans maintenant), il pensait, résonnait et se comportait comme nous et nous n’avons eu aucun mal mettre de côté son âge.


Ensemble, on a vraiment fait les quatre cent coups (comme par exemple, le coup de la harpe dont j'avais parlé à Itaku dans la salle de musique une fois).


Je n’ai pas mis longtemps avant de finir avec Karin qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne fait qu’allumer les hommes. Elle ne va jamais plus loin avec eux sauf lorsque l’intéressé lui plaît vraiment (on a d’ailleurs bien rigolé avec ça en brisant de nombreux couples et de nombreux hommes).


On a vraiment passé du bon temps tous ensemble. Mais ça ne pouvait pas durer… Un jour, on a voulu faire un coup un peut trop risqué : on a cambriolé une bijouterie. Tout se passait pour le mieux jusqu’à ce que la police arrive. Il devait y avoir eu une alarme silencieuse qui avait été activée.


On avait réussi à trouver une sortie pour s’enfuir mais on n’avais pas été assez rapide. Karin, Ikki et Heihachi avaient réussi à atteindre la voiture mais Noboru et moi nous sommes rapidement fait rattraper. On était presque arrivé à la voiture lorsque j’ai vu le policier qui nous avait rattrapé, braquer son arme sur moi, prêt à tirer.


Je me suis servis de Noboru comme bouclier et il a pris une balle dans la gorge, l’autre dans le foie. J’ai tué le policier en lui tirant une balle dans la tête et je suis monté dans la voiture avec le corps de Noboru. Il était encore en vie et ne pouvait plus parler.


Il a du tenir trente secondes avant de mourir.


C’était la première fois que quelqu’un mourrait sous mes yeux. J’ai du mettre beaucoup de temps pour m’en remettre ainsi que Karin et Ikki.


Seul Heihachi semblait indifférent. Je me reprochais ce que j’avais fait, me traitant de monstre mais lui semblait même fier de mon geste.


Pour moi, tout était de la faute de la police. C’était un policier qui l’avait tué. J’ai donc décidé de vivre en étant contre eux. C’est là que j’ai décidé de fonder mon clan Yakuza.


C’est à partir de ce moment que Kazuuya ne m’a plus revu pendant un bon moment.


Je vais grossièrement expliquer comment est organisé un clan Yakuza. Les membres principaux du clan sont membre d’une "famille" dont le chef est le chef de famille. Les plus proches du chef de famille sont le Saiki-komon et le Wakagashira. Je ne connais pas le Saiki-komon de Heihachi, mais maintenant je sait qui est son Wakagashira, Jin.


Lorsque j’étais le chef de famille, mon Saiki-komon était Ikki. Je comptais donner ce titre à Heihachi au début. C’est lui qui m’avait aidé à ne plus me faire culpabiliser pour la mort de Noboru mais il m’a assuré que ça ne l’intéressait pas.


Il voulait être celui qui serait spécialiste des tortures. J’avais été surpris par cette requête mais je n’y avais pas opposé d’objection.


Karin ne souhaitait pas en faire parti. Elle disait qu’après le coup de la bijouterie, elle ne voulait plus faire partie d’une bande ou quelque chose dans le genre. Elle voulait juste rester avec moi et continuer à me voir (je ne fais pas un dessin sur ce qu’on faisait quand on se voyait).


Elle était folle de moi (et apparemment c’est toujours le cas…) et moi, même si j’éprouvais quelques sentiments pour elle, c’était loin d’être aussi fort qu’elle. Je ne la voyais que pour me détendre et pour "m’entraîner". Je crois qu’elle le savait mais ça lui allait du temps que je continuais de venir la voir donc tout allait bien.



Petit à petit, le clan s’est agrandit. Les débuts étaient très difficiles. On a commencé à se lancer dans le trafic d’opium qui était surtout géré par Ikki. Heihachi se spécialisait dans le trafic d’armes et quand à moi dans le trafic de prostituées et d’esclaves…


Mais on avait besoin de main d’œuvre pour maintenir ces trafics, gérés sous mon nom vu que j’étais le chef de famille. On a donc cherché à recruter des Yakuzas.


On recherchait surtout des criminels assez recherchés. Lorsqu’on les trouvait, je me chargeais de les battre pour leur prouver que l'on n’étaient pas n’importe qui, puis Ikki leur citait les avantages qu’ils avaient à accepter de nous suivre. Lorsqu’ils étaient convaincus, Heihachi leur faisait subir toutes sortes d’épreuves. Il les torturait physiquement et psychologiquement pour vérifier s’ils étaient vraiment aptes et dévoués à nous rejoindre.


Ceux qui avaient accepté par peur, il s’amusait des journées entières avec avant de les tuer de mille et une façons différentes (mais toujours une mort lente et douloureuse, une fois encore physiquement ou psychologiquement).


Chaque nouveau Yakuza ne dépendait que de moi. Tout ce qui les concernait était géré par moi et uniquement moi. Si je devais mourir, le clan serait complètement dissous. Je gardais toutes ces informations sur un ordinateur équipé des meilleures protections pour ne pas être piraté ou quoi que se soit grâce à Karin. Le mot de passe ne pouvait être changé.



Mais toutes ces responsabilités ont vite commencé à me fatiguer. L’abus de pouvoir m’avait fait oublié la raison principale de cette organisation : la mort de Noboru. Je me fichais complètement de le venger ou pas maintenant. En plus, l’idée d’avoir un tatouage pour distinguer notre groupe ne me plaisait pas.


J’ai décidé d’abandonné mon rôle de chef de famille et j’ai décidé de le donner à Heihachi qui choisirait un tatouage. Au début, je pensais qu’il refuserait une nouvelle fois mon offre mais il a accepté.


Je lui ai demandé de me donner son rôle pouvoir torturer nos recrues, traîtres (parce que, bien sûr, on en a eu) et autres et il a accepté. C’est là que tout à vraiment changé pour moi…



Si tout à changé pour moi, c’est à cause de sa réaction. Je ne m’étais pas rendu compte qu’il avait été attiré par le pouvoir. Ça faisait un moment qu’il ne rêvait que d’une chose : prendre ma place. Lorsque tout fut prêt et qu’il m’eut succédé, contrairement à ce qui était prévu, il ne m’attribua pas la responsabilité des tortures.


Il disait que je devait en être digne, que j’avais été trop naïf et j’en passe. Il m’a attribué à un rang presque égal à rien. J’ai du finir comme barman et je devais servir ceux que j’avais jadis vaincu pour les faire rentrer dans le clan.


Tous, sans exception, nourrissaient de la rancune envers moi pour les avoir battu. J’ai donc subis leur vengeance. Certains m’humiliaient, d’autres me passaient à tabac, certains me torturaient. J’étais pire qu’un chien à leurs yeux.


J’ai décidé d’essayer de purger une nouvelle fois ma peine en fréquentant d’autres bars. J’avais réussi à me faire de nouveaux amis, pas très futés mais sympa tout de même (Kazuuya m’a appris que, récemment Heihachi les avait fait tuer. Je sais que c’est parce qu’il savait que je les avait fréquenté et il a pensé qu’ils savaient peut être où je me trouvais. Mais bien entendu ils ne le savaient pas et ils sont morts bien qu’il les aurait tué même s’ils avaient su quelque chose).


C’est la période où Kazuuya m'a retrouvé. A cette époque, c’était pire que la première fois. J’étais vraiment accro à tout ce qui était alcool, drogue et j'en passe.



Quand j’ai commencé à aller mieux, j’ai commencé à chercher un moyen de me venger de Heihachi et je me suis dit que détruire ce qu’il m’avait pris et dont je n’avais plus besoin pouvait être amusant.


C’est là que j’ai commencé à fréquenter sa fille…


J'ai appris son existence grâce à Karin et Ikki car ils avaient voulu m’aider à me venger de celui qui avait fait de ma vie un enfer. Sa fille avait un an de moins que moi. Elle s’appelait Azuka.


J’avais décidé de la séduire pour pouvoir me rapprocher de Heihachi sans qu’il ne le sache (après tout, un ami, ça ne se perd pas de vue. Un ennemi encore moins) et ainsi pouvoir avoir accès à des endroits et choses dont je n’avais plus accès. Karin n’était pas trop d’accord (plus par jalousie qu’autre chose) mais elle m’a tout de même aidé à la trouver grâce à ses talents.



Elle semblait être une fille tout ce qu’il y a de plus normal à la base : plutôt mignonne, avec du caractère, plutôt intelligente, de taille moyenne, rien de particulier dans ses formes : ni trop généreuses, ni en manque de ce qu’il fallait. Quand je l’ai rencontrée, j’ai vite vu que je lui plaisais bien à la façon dont elle me regardait. Je me suis dit que c’était un bon point pour moi.


Mais elle était loin d’être naïve… Elle m’a clairement dit qu’elle savait qui j’étais et qu’elle savait pourquoi je m’intéressais à elle…


Je me suis dit que tout ce que j’avais prévu tombait à l’eau mais elle n’a pas réagi comme je m’y attendais. Elle m’a proposé de m’aider.


Elle ne portait pas trop son père dans son cœur, lui reprochant de trop s’occuper de ses affaires au sein du clan depuis que nous l’avions créé et de vouloir faire d’elle une sorte de guerrière en l’obligeant à pratiquer les arts du combats et de la torture. Elle était parfaitement calée dans l’anatomie humaine et les points stratégiques en torture n’avaient pas de secrets pour elle.



Mais comme toute personne à qui on veut forcer de faire quelque chose, elle avait, bien entendu un esprit de contradiction et elle savait que si tout ce qui lui importait s’effondrait, il serait trop démoli pour continuer de l’ennuyer avec ça.


J’ai donc pu avoir accès à des informations telles que les nouvelles recrues de Heihachi, ses nouveaux contacts, ses activités et bien d’autres. On a bien évidemment fini par avoir d’autres occupations mais bon, pas besoin de donner les détails là.


Et forcément, ce qui devait arriver arriva… Comme je l’ai dit, je sentais que je lui plaisais bien. Je ne m’étais pas trompé. Je sentais petit à petit qu’elle me considérait plus que comme un simple partenaire ou coéquipier… Et puis, un jour, elle m’a avoué être finalement tombée amoureuse de moi pendant un entraînement au katana quand nos lames étaient croisées.


J’avais sentis le coup arriver et je ne fus donc pas surpris par cette révélation (je pense qu’elle savait aussi que je le savais). Ce qui m’a étonné, c’est MA réaction…



J’avais vu le coup arriver pour Azuka et pourtant, je n’avais rien fait pour l’en dissuader, pour l’empêcher de se faire de faux espoirs… parce qu’elle n’avait pas de faux espoirs à se faire…


Je ne l’ai réalisé qu’au moment où elle me l’a dit. Je suis resté sans voix un moment, trop surpris par ce que je venais de découvrir. Bien entendu, j’ai fini par lui dire que c’était réciproque.


Je me revois encore perdre mon katana. Je la revois me faucher les jambes, me faisant tomber sur le dos. Je la revois s’assoir sur moi et planter son katana à deux centimètres de ma tête.


Je revois encore l’expression de son visage… Son si beau visage s’illuminer, rayonner lorsque je lui ai avoué mes sentiments découverts envers elle.


Je la revois prendre ma tête entre ses mains. Je ressens de nouveau ses lèvres se poser sur les miennes. Notre premier véritable baiser… La sensation de bien être, de délivrance. Le goût si sucré de ses lèvres…



A partir de ce jour, je n’ai plus passé un jour sans la voir. Je ne sais pas pourquoi ni comment mais j’étais tout simplement fou d’elle.


Depuis ce jour, c’était comme si mes sens s’étaient mis en marche d’un coup : tout en elle m’attirait et me rendait encore plus dépendant d’elle. Le simple fait de l’entendre marcher suffisait à m’arracher un sourire.


Et c’était un amour réciproque. On aurait dit qu’elle était morte et quand elle m’apercevait ou m’entendait, elle revenait à la vie.


Je crois que je n’avais jamais été aussi heureux. Même les moments passés à la forge n’avaient rien de comparables à côté de ce que je ressentais en sa présence. Rien que pour ça, j’avais réussi à pardonner à Heihachi puisque c’était grâce à lui que j’avais rencontré Azuka.


J’avais même abandonné toute idée de vengeance à son égard. Je savais que si j'accomplissais ma vengeance ou si mon plan était découvert, je risquais de devoir m’enfuir, ce qui impliquait ne plus la revoir, et ça, je ne le pouvais pas…



J’ai juste décidé de me servir des informations que j’avais rassemblé pour pouvoir me servir de l’argent que Heihachi gagnait grâce aux trafics que nous avions commencé et qui marchaient on ne peux mieux.


J'ai dû arrêter mon récit à ce passage là car Karin est revenue avec ce qu'elle a acheté pour fêter l'obtention de l'adresse de Heihachi.


Nous avons terminé de manger et nous nous préparons à aller voir Heihachi...



_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Mer 7 Oct - 19:21

Hakodate, chez Azuka, le 6 octobre


Je n'arriva pas à croire que je puisse écrire dans ce carnet...


On doit avoir une sorte d'ange gardien qui veille sur nous.


On est vivant, tous les trois!


On est revenu de chez Heihachi VIVANTS!


Pourtant, j'ai cru plus d'une fois que j'allais y mourir.


Nous sommes allés à l'adresse que Jin nous avait donné et nous sommes arrivés à une villa encore plus grande que celle où l'on a passé du temps les premiers jours.


J'ai déjà perdu la notion de temps depuis qu'on est arrivé à Hakodate. Autant j'ai l'impression d'être là depuis des mois, autant j'ai l'impression d'être là depuis hier.


Lorsque nous sommes arrivés, nous n'avons trouvé aucune trace de gardes chez Heihachi. Ce n'était pourtant pas son genre.


Il y avait plusieurs possibilités : soit Jin s'était joué de nous, soit Hihachi n'était pas là, soit, sa vigilance avait sérieusement chuté (ce qui m'étonnerait de lui), soit il nous tendait un piège.


Bien sûr, c'était la dernière solution.


Nous n'avons trouvé personne au rez-de-chaussée, comme si la villa était inhabitée.


Nous sommes arrivés devant un ascenseur.


J'étais certain que si Heihachi était là, il nous attendrait au dernier étage.


Une rencontre au sommet dans tous les sens du terme.


Nous sommes tout de même rentrés dans l'ascenseur.


Lorsque nous sommes arrivés au dernier étage, on était pris en embuscade par une quinzaine de Yakuzas presque aussi bien armés que chacun d'en nous.


Nous avons donc dû nous rendre avant même d'avoir ait quoi que se soit.


Heihachi était là... Tranquillement assis derrière un bureau sur lequel était posé le fameux ordinateur qui possédait toutes les informations sur les membres du clan et qui permettait de totalement le dissoudre.


Le voir m'a mis dans une furie indescriptible.


Il s'est avancé vers nous et a donné à Itaku et Kazuuya une paire de menottes chacun qu'ils ont dû se mettre derrière le dos.


Je m'attendais à recevoir le même traitement mais il avit prévu autre chose pour moi (j'aurais préféré les menottes si j'avais pu choisir).


Il m'a traîné au bureau en me tirant les cheveux et a exigé la clé USB qu'il voulait tant récupérer.


J'ai voulu marchander la clé contre la libération de Electra mais il ne s'est contenté de me donner que le lieu où elle était retenue.


Elle est dans la chapelle qui n'est pas très loin de la villa.


Il m'a ensuite montré comment fonctionnaient les menottes qu'il avait passé à Itaku et Kazuuya en appuyant sur le bouton d'une télécommande qui leur a envoyé une décharge électrique.


Je lui ai alors donné la clé USB. Il a claqué ensuite des doigts et trois Yakuzas m'ont attaché à des menottes suspendues au plafond.


Heihachi a alors mis la clé USB dans une prise USB de l'ordinateur et après avoir appuyé sur un autre bouton de sa télécommande, un cran géant est descendu du plafond.


Nous avons donc pu observer la vidéo contenue sur la clé USB dessus.


La première partie de la vidéo montrait la première fois où Azuka et moi avions acheté une caméra miniature.


Elle m'en avait parlé depuis plusieurs jours qu'elle avait eu une envie de filmer ce qui lui paraissait important dans notre vie et bien entendu, j'avais accepté.


Et bien évidemment, moi et la technologie ça fait trente comme l'a dit Azuka dans la vidéo.


Entendre le son de sa voix m'a fait comme un électrochoc. J'avais du mal à respirer.


Lorsque j'avais ressentis l'Appel lorsque j'étais sur le point de mourir et que je ressentais cette sensation de vide en moi, les Masters avaient dissipé ce sentiment grâce à leur Murmure.


Entendre la voix de Azuka m'a fait encore plus de bien que ce Murmure.


Sa voix est ma berceuse, mon Murmure si je peux le dire ainsi.


Heihachi était dans un état semblable au mien bien qu'il ne le montrait que très peu : sa respiration était irrégulière, son corps était crispé et ses yeux écarquillés par l'émotion.


La caméra m'a filmé tel que j'étais un an plus tôt : les cheveux teints en châtains, virant sur le roux, un jean avec des lanières en cuir le long de mes jambes, une veste sans manches, des lunettes de moto sur la tête, des gants à trous au niveau des doigts. J'avais aussi un percing à l'arcadeet une série de petits anneaux le long de l'oreille. J'avais aussi un tatouage représentant une flamme sur mon avant bras.


Puis la caméra a fini par la filmer.


J'ai cru que mon cœur s'arrêtait (peut être qu'il l'a fait un court instant). J'ai éprouvé à cet instant une joie indescriptible et une douleur à la poitrine insupportable tellement mon chagrin était grand en la revoyant.


La première partie de la vidéo s'est terminé sur un baiser entre elle et moi.


La deuxième partie de la vidéo montrait un passage où Azuka avait voulu s'amuser à jouer aux caméramans.


Rien que ce passage a montré son caractère à ne jamais se prendre au sérieux.


Je suis sûr que si elle avait ressenti l'Appel, elle serait devenue Démon Téléporteuse.


Heihachi avait du mal à digérer le fait qu'elle montre sans gêne qu'elle était amoureuse de moi et qu'on était ensemble.


Bien sûr, le voir dans cette état me remplissait de satisfaction.


J'ai beaucoup moins rigolé quand la vidéo m'a filmé nu dans la salle de bain pendant que je prenais une douche.


Quand j'avais entendu Azuka arriver, j'étais sorti de la douche, le katana à la main. On voyait mon tatouage représentant un serpent à mon épaule.


Lorsque mon visage était passé de la méfiance à l'étonnement de voir qu'il s'agissait de Azuka était, malgré moi, comique.


La vidéo a coupé avant une certaine scène qui a suivi entre elle et moi.


J'ai vanné Heihachi ensuite... J'aurais mieux fait de m'abstenir... Il m'a donné un violent coup de barre sur mon flanc.


J'ai entendu un bruit de craquement à ce moment-là. J'ai sûrement quelque chose de casser. C'est d'ailleurs, une raison au fait que ma respiration est depuis difficile.


La troisième partie de la vidéo montrait Azuka qui avait abandonné sa bonne humeur pour afficher une mine inquiète.


Elle voulait me dire quelque chose d'important mais avait peur de me le dire.


Elle s'est finalement décidée et on m'a de nouveau vu à l'écran. Cette fois, j'avais toujours l'apparence que j'avais il y a un ans mais mes percings et tatouages avaient disparus.


Elle m'a finalement demandé de l'épouser.


Lorsque Heihachi a vu cette scène, il s'est énervé en lançant une nouvelle décharge électrique à Itaku et Kazuuya, plus forte que la précédente apparemment.


Sur la vidéo, j'avais dit à Azuka de m'attendre.


J'étais parti dans la chambre pour y chercher la bague de fiançailles que je lui avais acheté et que je comptais lui donner pour son anniversaire qui n'allait pas tarder à arriver.


L'expression dans ses yeux à ce moment-là valait toutes les perles du monde pour moi.


La vidéo s'est arrêtée sur la découverte de mon nouveau cadeau d'anniversaire : un mariage à Las Vegas.


Heihachi était tellement énervé qu'il a envoyé une nouvelle décharge à Itaku et Kazuuya avant de me donner un coup de barre dans le ventre.


La séquence suivante me montrait au volant d'une voiture.


On était parti pour Las Vegas. J'étais impatient d'être arrivé à destination.


On a vu Ikki, mon ex meilleur ami, qui devait être le témoin du mariage (on avait proposé à Karin d'être la demoiselle d'honneur mais elle avait manqué de tuer Azuka. On en a donc conclut que c'était non).


La séquence d'après me montrait dans une chambre en costard.


Puis, je suis allé dans la salle de la cérémonie où j'ai discuter avec le prêtre avant que Azuka n'arrive avec Ikki.


Au moment-même où j'écris, j'en ai encore la bouche ouverte tellement elle était belle dans sa robe blanche.


Elle était bien ma lumière.


On s'est arrangé pour que la cérémonie ne dure pas longtemps et enfin, je fus unis à elle.


Malheureusement, on ne le sera pas resté longtemps.


Cinq minutes plus tard, le prêtre se faisait tuer par les sbires de Heihachi et Ikki se faisait assommer en se mettant entre les Yakuzas et nous (maintenant je sais qu'il a fait ça car il savait qu'il ne risquait rien).


Je me suis fais maîtriser par quatre Yakuzas, deux me tenant les bras, un autre me tirant les cheveux en arrière et le dernier m'enfonçant une lame dans mon ancienne cicatrice au dos.


Heihachi a traîné Azuka par les cheveux jusqu'au fond de la chapelle.


J'en avais mal au cœur de revoir cette scène. C'était comme si je la revivais pour la deuxième fois.


Il l'avait soulevée par le coup et lui avait planté un poignard dans sa main, clouant celle-ci au mur, ainsi qu'à l'autre.


Je criais de désespoir et de douleur (autant à cause de ma cicatrice que de mon cœur qui me donnait l'impression de vouloir sortir de ma poitrine).


Il a alors sortis une chaîne avec des pics à certains endroits.


On avait beau le supplier, l'implorer, Heihachi n'entendait rien et fouettait sa fille sans ménagement. Chaque coup était donné avec plus de violence que le précédent.


La robe de Azuka est vite passée du blanc au rouge.


En revoyant cette scène, j'ai cru devenir fou. J'avais presque envie de mourir tellement j'avais mal au cœur et à travers tout mon être.


C'est à ce moment-là qu'elle a dit qu'elle m'aimait et... qu'elle portait notre enfant.


J'en étais resté sans voix ainsi que Heihachi.


Je n'avais pas été mis au courant avant et n'avais rien soupçonné du tout! Même maintenant j'ai du mal à croire que se soit arrivé.


Heihachi est alors rentré dans une furie indescriptible.


Il a sortit son revolver et, malgré nos cris, nos supplications, nos larmes, il lui a tiré une balle dans la tête.


Dès cet instant j'ai sentis que quelque chose en moi avait disparu. Même en revoyant la scène, j'avais aussi mal qu'en cet instant.


Heihachi a alors déchaîné sa fureur sur moi en me fouettant de toutes ses forces avec sa chaîne.


Il a alors voulu me tuer à mon tour. J'ai réussi à tourner sur moi-même et ainsi, le Yakuza qui s'occupait de ma cicatrice s'est retrouvé entre Heihachi et moi et s'est pris la balle à ma place.


S'en est suivis une bagarre au bout de laquelle j'avais réussi à me débarrasser des Yakuzas. Mais j'étais à bout de souffle et souffrait physiquement mais surtout psychologiquement.


Au moment où Heihachi a voulu me tirer dessus, j'ai maîtrisé sa main en y lançant mon poignard qui lui a fait lâcher son arme.


Je me suis alors enfui. Je suis parti grâce à l'une de leurs voitures en mettant hors d'état de service les autres et je suis parti le plus loin et le plus vite possible.


C'est pendant mon trajet que je me suis rappelé que j'avais la caméra qui avait filmé tout ce qui s'était passé.


J'avais alors un moyen d'empêcher Heihachi de me tuer tant qu'il n'aurait pas l'enregistrement.


La vidéo s'est alors arrêtée de manière définitive.


Avoir revu cette vidéo m'avait presque autant détruit que si je l'avais vécue.


Mais je n'étais pas au bout de mes surprises... J'en était même loin...


Bien entendu, il a refusé de nous laisser partir et de libérer Electra.


Heihachi m'a alors révélé... que Azuka n'était pas morte ce jour-là!


Mon cœur a vraiment cessé de battre un moment-là.


Deux semaines après le massacre à Las Vegas, elle a repris connaissance!


Je crois que pour la première fois depuis longtemps, une lueur d'espoir m'a traversé.


Mais bien sûr, c'était trop beau pour qu'il n'y ait pas de hic.


Elle avait perdu la mémoire. Elle avait même oublié jusqu'à son nom.


Elle ne se souvenait plus de tout ce que nous avions vécu ensemble, de la part de paradis que nous avion partagé.


J'étais à la fois triste mais j'étais surtout heureux.


Elle était vivante! Les larmes coulaient le long de mon visage tellement ma joie était grande.


Elle est restée deux mois sans recouvrer la mémoire. Heihachi a essayer de lui faire mener une vie normale, sans soucis, sans rapport avec le clan.


Mais la mémoire a fini par lui revenir et elle a aussitôt voulu savoir ce que j'étais devenu.


Je crois qu'elle n'aurait pas pu me donner de plus belle preuve qui me montrait qu'elle m'aimait...


Heihachi lui a dit que je m'étais enfui et qu'avec les coups qu j'avais reçu, je devais probablement être mort.


Apparemment, ça lui a fait l'effet d'un électrochoc.


Un des sbires de Heihachi l'a vu écrire une lettre qui m'étais adressée et le temps que Heihachi soit au courant, elle l'avait cachée.


J'ai tout de suite su où elle l'avait cachée. Dans son stylo d'espion comme elle se plaisait à l'appeler.


Et quelques jours après, elle s'est planté son katana dans le cœur pour mettre fin à ses jours car elle ne voulait plus vivre si je n'étais plus là.


Je crois que de ma vie, je n'ai jamais autant souffert qu'en cet instant (souffrance aussi due à l'accumulation de tout ce qui m'était arrivé ces derniers temps) et que je n'ai jamais autant hais quelqu'un que moi.


Je l'ai perdue deux fois... à cause de moi...


Après cette déclaration, Heihachi a décidé de me faire payer sa mort.


Il a alors actionné un bouton qui a ouvert une espèce de trappe sous mes pieds et il a fait descendre les chaînes qui me retenaient prisonnier et je me suis retrouvé dans une chambre froide où j'ai été aspergé d'eau glacée et soumis à un violent vent glacé à plusieurs reprises.


Je me suis retrouvé frigorifié et ne sentais presque plus mon corps à cause du froid.


Il en a aussi profité pour s'en prendre à Itaku et Kazuuya et leur a brisé un poignet chacun avec leurs menottes.


Heihachi m'a alors remonté. J'étais tellement frigorifié que je ne tenais plus sur moi-même et les chaînes ne servaient à rien. J'étais parcouru de spasmes violents et incontrôlés.


Heihachi a alors déchiré le dos de ma veste et il a constaté que la cicatrice que le père de Itaku m'avait infligé avait disparu.


Il a alors enfilé un épais gant et s'est dirigé vers la cheminée où il en a sortis la chaîne dont il s'était servis à Las Vegas.


Elle était chauffée au rouge. Il l'a lancée vers moi et elle s'est enroulée autour de mon cou.


J'ai eu l'impression que ma chaire fondait sur le coup. La douleur était insupportable. Je me suis brûlé la paume des mains en les posant machinalement sur la chaîne.


Heihachi a alors appuyé sur un autre bouton de sa télécommande et une sorte de plaque est sortie de la cheminée. Elle était remplie de braises.


Il m'a alors traîné avec sa chaîne jusqu'à sa hauteur et m'a donné un coup de pied au ventre qui m'avait fait m'élever légèrement dans les airs et je suis atterris sur le dos sur la plaque remplie de braises.


Autant quand sa chaîne s'était enroulée autour de mon coup, mon cri était étouffé, autant là mon cri était entendu.


J'avais l'impression d'avoir la chaire qui fondait au contact des braises. La douleur était insupportable.


Je ne voulais qu'une chose : mourir. Que tout ça se finisse, que je ne souffre plus.


Itaku avait réussi à attirer l'attention de Heihachi sur elle et j'en ai profité pour rouler sur moi-même et sortir des braises.


Je me suis brûlé le bras au passage et vu l'état dans lequel il est maintenant, je ne préfère pas savoir dans quel état est mon dos.


Heihachi est alors revenu vers moi et il m'a de nouveau attaché aux menottes reliées aux chaînes reliées au plafond avant de se diriger vers le bureau pour aller chercher un chat à neuf queues.


Il m'a ensuite fouetté le dos. Sur l'instant, je ne pensais pas pouvoir souffrir davantage. Quand le cuir a touché ma chaire à vif je me suis rendu compte que je me trompais... Chacun de ses coups était plus violent que le précédent. Chacun de mes cris de douleurs était plus fort que le précédent.


Il a fini par cesser les coups de fouet et m'a détâché avant de me mettre des menottes dans le dos.


Je n'avais plus les esprits clairs. Je ne voulais qu'une chose : dormir pour oublier la douleur.


Lorsqu'il m'a dit espérer que j'étais aussi vif qu'avant, je n'ai pas compris pourquoi il me disait ça. Lorsqu'il m'a dit qu'on allait voir si j'en avait toujours aussi peur, je me suis demandé de quoi il me parlait mais commençais tout de même à m'inquiéter puis il s'est éloigné.


C'est là que j'ai vu un cobra royal s'approcher de moi. La peur m'a tout de suite paralysé. Je tremblais de tout mes membres non seulement à cause de mon corps encore sous l'effet du froid et de la douleur mais aussi à cause de la peur.


Il n'a pas oublié que les serpents sont ma plus grande phobie. Me transformer en serpent ne me gêne pas mais en voir me fait perdre tout mes moyens, comme Etsuko avec les cafards.


Quand il m'eut mordu, Heihachi l'a tué.


Je sentais le venin se répandre dans mon corps, me faisant encore plus souffrir.


Heihachi m'a alors lancé une seringue qui s'est plantée dans mon épaule, comme une fléchette et il m'a dit de me débrouiller pour me l'administrer malgré mes mains menottées dans mon dos.


Je n'ai pas trouvé d'autres moyens de me l'administrer qu'en me posant contre le mur et appuyer le bout de la seringue dessus pour que l'antidote pénètre dans mon corps.


Mais j'étais dans un trop mauvais état et je me suis appuyé trop fortement contre le mur, si bien que l'aiguille a totalement pénétré ma peau. J'ai même cru qu'elle allait se casser et que j'allai me retrouver avec l'aiguille dans le corps sans pouvoir la retirer.


Heihachi m'a ensuite enlevé les menottes et m'a fait assoire sur la chaise du bureau.


Pour m'empêcher de me relever, il a dégainé Karasu de mon fourreau et me l'a planté dans le pied.


Je n'en pouvais plus de cette douleur. J'aurai tout donné pour qu'elle cesse.


Il a ensuite sorti une dague et m'a entaillé la cheville pour que je ne puisse plus prendre appui sur le sol.


J'ai juste réussi à geler la plaie à la cheville sans que Heihachi ne le voit pour éviter de mourir.


Heihachi en a alors profité pour me faire de nouvelles révélations.


S'il avait été au courant pour Las Vegas, c'ets parce qu'il a été prévenu par... Ikki... mon meilleur ami.


C'est mon meilleur ami qui m'a trahis et m'a vendu à Heihachi.


C'est pour ça qu'il n'avait été qu'assommé lors du mariage.


S'il a fait ça, c'est parce qu'il était jaloux de moi et convoitait Azuka depuis le début.


Je n'arrive toujours pas à y croire. Mon meilleur ami...


Et lors de la période où Azuka était amnésique, il s'est définitivement marié avec elle.


J'ai été tellement surpris que j'en ai partiellement oublié la douleur de mon corps.


Maintenant que j'y repense, c'est vrai qu'il regardait Azuka avec insistance.


Il a donc voulu se débarasser de moi.


Je n'arrive pas à croire qu'il ait fait ça.


Et Heihachi a terminé en me disant que Ikki avait envoyé mon fils quelque part dans le monde.


Cette fois, je ne pouvais définitivement plus être davantage surpris ni souffrir d'avantage.


Azuka avait donc donné vie à son enfant. Notre enfant...


Et Ikki s'en était débarrassé...


La nouvelle m'a fait l'effet d'un électrochoc et j'ai saisis la poignée de Karasu et ai retiré la lame de ce dernier de mon pied pour attaquer Heihachi qui a facilement parré la coup avec son propre katana.


Il m'a alors donné un coup de sabre sur ma brûlure au bras et j'ai lâché Karasu.


Quand j'ai relevé la tête vers Heihachi, il me mençait de son revolver et il a tiré. J'ai alors perdu conscience.


Mais j'ai fini par me réveiller.


Je ne comprenais pas que je puisse être toujours vivant.


J'ai regardé mon torse et ai constaté que la balle avait été arrêtée par le médaillon que Së m'avait donné.


Quand j'ai tourné la tête vers Heihachi, Kazuuya était au sol près de lui et Itaku tombait au sol.


J'ai alors fait réapparaître mon gant dans lequel j'avais introduit la dague que Electra avait perdu lors de son enlèvement.


J'ai réusis à me relever et j'ai lancé lla dague entre les yeux de Heihachi comme Rika me l'avait conseillé.


Heihachi est mort sur le coup.


Je l'ai fait. J'ai tué Heihachi!


Je me suis ensuite dirigé vers l'ordinateur et m'en suis servis pour dissoudre totalement le clan avant de reprendre la clé USB dans la poche de Heihachi.


Une chose est sûre : Itaku ne m'a pas pardonné et n'y arrivera sans doute jamais. Mais je l'ai mérité.


Itaku et Kazuuya devaient sortir de la villa après moi qui serai sorti sous forme animale.


Lorsque je suis arrivé au 4x4, je me suis évanoui.


Lorsque ce matin, je me suis réveillé, j'étais sur la banquette arrière du 4x4 avec Itaku. Kazuuya dormait au volant.


On est vivant! On a survécu!


Une autre chose est sûre : je ne pourrai pas marcher correctement avant d'être revenu à Terrae...


J'ai décidé d'aller chez Azuka pour récupérer la lettre qu'elle m'avait laissé.



Mon Akira


Si tu lis cette lettre, c’est que tu es revenu et que tu as appris que je ne suis pas morte de la façon que tu pensais.

Tu
n’imagines pas l’effet que ça peut faire de soudainement reprendre ses
esprits comme si je venais de me réveiller et que la dernière chose
dont je me souvenait était l’arme de mon père braquée sur moi et le son
du coup de feu après qu’il eu pressé la détente.


Mais
le plus horrible est que tu ne sois pas là avec moi alors que tu es la
première personne à qui j’ai pensé après avoir retrouvé la mémoire.


Je
suis vraiment désolée pour ce que je vais faire mais vivre en me
sachant mariée à Ikki et l’idée que je ne te reverrai jamais m’est
insupportable.


IL
était magnifique. Il avait tes yeux noirs et mes cheveux. Mais je ne
l’ai tenu dans mes bras que trois jours avant que Ikki ne l’expédie
quelque part dans le monde sans que je ne puisse rien faire.


Je préfère mourir et te voir de là où je serai et veiller sur notre fils.

Je te laisse avec la lettre une photo de moi au moment où j’ai retrouvé la mémoire pour que tu vois comment j’étais devenue.

Ne t’en veux pas. Ce n’est pas de ta faute si je fais ce que je vais faire.

Je suis tombée amoureuse de toi dès que je t’ai vu pour la première fois et ce sera toi que j’aimerai à mon dernier souffle.

Je t’aime plus que tout et même morte, je continuerai de t’aimer, quoi que tu fasses, quoi que tu deviennes.

Ta Azuka.







Lorsque je l'ai lu, je n'ai pas réussi à m'empêcher d'éclater en sanglot sur son lit. On sentait encore son parfum, comme si elle était toujours là...


Mais elle est définitivement morte...


Maintenant, ma priorité et de continuer à faire briller ma nouvelle lumière : Electra.


Et je ne pourrai le faire qu'en la sauvant.


Je le ferai, même si je dois y rester. Mais elle vivra!


Mais avant tout, je vais régler le compte du responsable de toute cette souffrance : Ikki.

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Jeu 8 Oct - 2:27

Hakodate, chez Ikki, le 8 octobre


Nous sommes arrivés chez Ikki. J'ai honte de ce que je vais écrire mais me tiens à ce que j'ai dit : j'écrirai tout ce qui m'arrive, ce que je pense et ce que je fais pendant ce séjour. Surtout que nous ne sommes pas encore tirés d'affaire...


Ne pouvant plus marcher corretement, j'ai demandé à kazuuya de m'accompagner à l'intérieur pour paralyser Ikki.


Lorsque ce dernier nous a vu, son visage est passé de la surprise à la peur quand il a vu comment je le regardais.


Je n'avais même pas besoin de lui expliquer ma présence chez lui et quand bien même il n'aurait pas été au courant, je ne l'aurai pas fait.


Je l'ai attrapé par les cheveux et l'ai trainé jusqu'à la salle de bain où je l'ai attaché à une chaise.


Je suis allé à la cuisine où j'ai cherché des outils qui auraient pu me servir pour "jouer" avec lui. Avant de quitter la cuisine, j'ai allumé une plaque chauffante et j'y ai posé la lame d'un gros couteau de cuisine.


J'ai demandé à Kazuuya et Itaku de ne pas rester là pour qu'ils ne me voient pas.


Ils doivent savoir que je ne suis pas aussi gentil que j'ai l'air de le paraître, pas besoin de leur en donner la preuve...


J'ai commencé par abattre de toutes mes forces le marteau sur son genou qui s'est cassé sous le coup pour me venger de mon pied et ma chevilles dont je ne pourrai plus me servir avant d'arriver à Terrae.


Non seulement je n'avais pas honte de mon geste mais en plus j'y trouvais du plaisir.


J'ai enchaîné par un coup de poing au même endroit (je lui aurai bien donné un coup de pied mais je ne pouvais pas le faire sans risquer de tomber ou de souffrir davantage).


C'était non seulement pour me venger mais aussi pour le prévenir que je n'avais pas l'intention de le ménager.


Je l'ai alors questionné sur l'endroit où il avait envoyé notre fils.


Il l'a donné au premier couple étranger qui avait bien voulu de lui. Il pense qu'ils étaient français mais il n'était pas sûr de lui. La seule qui devait l'importer à ce moment-là, c'était de se débarrasser de lui pour pouvoir Azuka pour lui seul... Cette pensée me met dans une de ces fureurs...


J'ai ensuite décidé de le punir pour avoir osé poser ses mains sur Azuka en lui enfonçant des aiguilles le long des doigts à partir des extrémités. Les doigts sont la partie la plus sensible au toucher du corps humain, je savais donc qu'il en souffrirait.


Je l'ai ensuite forcé à fermer ses poings et les aiguilles sont ressorties par le haut de la main. Je les lui ai ensuite retiré.


Il hurlait de douleur et de désespoir et ce spectacle m'apportait presque plus de satisfaction que d'avoir tué Heihachi.


J'ai ensuite entrepris de lui arracher les ongles un par un et lentement pour qu'il souffre un maximum avec une pince suffisamment petite pour saisir l'extrémité des ongles.


Ikki se secouait comme un diable pour essayer de se libérer mais c'était peine perdue.


Je lui ai ensuite coupé les doigts un par un avec mon poignanrd.


Il ne cessait de hurler, de me supplier, de pleurer de douleur... Le pire c'est qu'à ce moment-là, ça me stimulait davantage à continuer...


J'ai ensuite entrepris de lui couper les mains. C'est à ce moment-là que je suis allé chercher le couteau de cuisine dont la lame était maintenant chauffée au rouge. J'ai plaqué cette dernière contre les plaies de ses mains coupées pour qu'elles cicatrisent qu'il ne meurt pas d'une hémorragie.


Il criait tellement fort que j'ai cru qu'il allait finir par me percer les tympans.


Je sais à quel point ce que je faisais était horrible mais à ce moment-là, je ne pensais plus qu'à ce qui s'était passé à cause de lui, de son égoïsme, de sa jalousie : la première mort de Azuka, son mariage forcé avec lui alors qu'elle ne l'a jamais aimé, notre fils qu'il avait donné à un couple qui passait, son suicide bien que ce soit à cause de moi qu'elle l'ait fait, les souffrances de Itaku, Kazuuya et surtout de Electra...


Ce que j'avais subi, je savais l'avoir mérité pour tout ce que j'avais pu faire par le passé.


Il me lançait des regards assassins. Je lui ai donc arraché les yeux avec les aiguilles que j'avais planté dans ses doigts. C'était aussi pour la façon dont il s'amusait à regarder Azuka. Comme si elle avait été un objet qu'il convoitait.


Lorsque je l'ai vu serrer les dents pour essayer de résister à la douleur, j'ai entrepris de les lui arracher une par une (il a même failli me mordre un moment donné).


J'ai ensuite vidée une bouteille de vodka dans une bassine et je lui ai plongé sa tête mutilée dedans.


J'ai ensuite décider de porter un coup en l'honneur de Itaku et Kazuuya en allumant une allumette que je lui ai lancé sur sa figure pleine de vodka.


Il a de nouveau hurlé de douleur et s'est retrouvé brûlé à un certain degré (je n'ai jamais su définir ces fameux degrés).


J'ai éteint le feu avec de l'eau bouillante que je lui ai versé à la figure.


Je me suis ensuite occupé de ses oreilles que j'ai coupé avec mon poignard.


Je lui ai ensuite cassé le coude avec le marteau.


Il agonisait tellement qu'il n'avait plus la force de crier.


J'ai ensuite décidé de l'achever en portant un coup en l'honneur de Electra en le noyant dans la baignoire remplie d'eau bouillante.


Sur le coup, la seule chose qui m'importait était d'avoir gaspillé une bouteille de vodka à cause de lui. Maintenant, j'ai conscience de ce que j'ai fait (mais entièrement et ce ne sera sans doute jamais le cas) et je sais que ce que j'ai fait peut être horrible mais je n'éprouve pas l'ombre d'un remord.


A cause de lui, des personnes ont souffert et sont mortes, il est donc normal qu'il ait souffert et soit mort aussi.


J'entends la porte d'entrée qui s'ouvre, c'est sûrement Itaku et Kazuuya qui reviennent.







_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Karasu le Jeu 8 Oct - 23:09

Terrae, le 8 octobre


Ikki aura vraiment été une ordure jusqu'au bout. En plus de m'avoir pris la femme que j'aimais et qui était, certes un court instant, ma femme, il m'avait aussi pris ma Morini Corsaro 1200. Elle était dans son garage.


J'ai tout de même eu une certaine émotion en la revoyant et en l'enfourchant une nouvelle fois.


Je me suis rendu à la chapelle où Electra était retenue avec (suivi de Itaku et Kazuuya qui étaient en 4x4).


On s'est vite rendu compte que ça n'allait pas être évident de pénétrer à l'intérieur...


J'ai alors eu une idée en voyant l'immeuble non loin de la chapelle.


Je suis rentré à l'intérieur avec mon bébé et ai pris l'ascenseur avec (les gens dans l'immeuble m'ont regardé bizarrement).


Je me suis retrouvé sur le toit de l'immeuble et j'ai fait le grand saut jusqu'à la chapelle où je suis passé à travers le vitrail qui a explosé sous l'impact.


Pendant ma chute, je me suis éjecté de la moto et lorsqu'elle s'est retrouvé à hauteur des Yakuzas rassemblés, j'ai tiré dans le moteur qui a fait explosé mon bébé.


Lorsque j'ai atterri au sol, ma cheville a fait un bruit inquiétant et m'a fait encore plus souffrir qu'avant.


Cette fois, je me l'étais cassée...


Mais ce qui m'a fait le plus mal a été de voir l'état dans lequel était Electra.


Heureusement queItaku et Kazuuya étaient là pour s'occuper des Yakuzas restant.


J'en ai profité pour libérer Electra qui, à cause de ma cheville cassée, s'est retrouvée sur moi (même si l'avoir contre moi ne me dérange pas du tout, bien au contraire).


Son état me désespérait. C'était de ma faute.


Je m'en veut tellement!


Itaku et Kazuuya se sont chargé des Yakuzas et nous avons ensuite pris la route vers l'aéroport de Hakodate pour enfin rentrer à Terrae.


Sur le chemin, on s'est arrêté pour récupérer la chienne de Itaku.


Pendant le chemin du retour, mon apparence a de nouveau changé.


J'ai retrouvé mon apparence d'avant mon départ de Terrae à la différence que mes cheveux sont moins longs.


Ca va être difficile mais il faudra que Electra passe les prochains jours au lit (enfin vu son état, ce ne sera peut être pas si difficile que ça).


Une fois à l'aéroport, j'ai donné les billets de retour à Itaku et Kazuuya qui ont dû attendre trois heure l'arrivée de l'avion.


Je me suis ensuite dirigé au parking avec Electra, toujours inconsciente, et nous sommes parti avec sa moto.


Je comprend pourquoi elle y tient tant!


Pendant le trajet, la fatigue m'a vite rattrapé et j'ai manqué de détruire la moto de Electra en tombant pendant que je m'endormais. Heureusement, elle n'a rien et Electra non plus.


J'en ai profité pour me reposer avant de reprendre la route.


Nous sommes pratiquement arrivés en même temps que l'avion puis nous avons pris la navette qui partait pour Terrae.


Et au moment où j'écris, l'île est enfin en vue.


On est rentré.


Electra va enfin pouvoir avoir les soins qu'elle mérite.

_________________
La mort est aussi tentatrice qu'une maîtresse...
...mais on préfère rester fidèle à la vie...


... mais lorsqu'on lui cède, elle nous libère.
avatar
Karasu
Master
Master

Nombre de messages : 14350
Age : 28
Localisation : Dans les eaux de la Mer du Japon
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille d'inscription
Âge: 20 ans
Affinité: Comme un lac : calme à l'extérieur mais on ne sait pas ce qu'il y a au fond
Rang: Master Morphe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnet de Karasu

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum